Se connecter S’abonner

Déconfinement: la cote des vélos électriques s’envole

La crainte d’emprunter les transports en commun, les pistes cyclables temporaires créées dans plusieurs grandes villes, mais aussi les aides financières dopent les ventes de vélos à assistance électrique.

Les messages d’encouragement invitant les Français à se déplacer à vélo plutôt qu’en transports en commun, afin d’éviter la propagation du coronavirus, semblent avoir fait mouche. Selon le JDD, les vendeurs de vélos à assistance électrique (VAE) croulent depuis plusieurs jours sous les appels téléphoniques. À l’autre bout du fil, des clients potentiels souhaitent savoir quels VAE les spécialistes ont en stock.

Chez Holland Bikes, les ventes ont doublé au cours du mois d’avril, par rapport à un mois classique. Et celles de VAE ont représenté 75% de ces acquisitions. Chez Go Sport, les ventes en ligne de vélos toute catégorie – mécanique, électrique et aussi d’appartement – ont bondi de 300% pendant le confinement. D’autres acteurs majeurs du marché s’attendent également à un boom des ventes dès ce lundi 11 mai. Il faut dire que la proximité entre usagers dans les transports en commun est une inquiétude pour de nombreux Français, désireux de s’assurer du respect de la distanciation physique. Et la création de pistes cyclables temporaires dans plusieurs villes dont Paris, Montpellier, Roubaix, Rouen, Rennes, Lyon, Nantes… aide les plus frileux à se lancer. 

388 100 ventes en 2019

Mais au-delà du déconfinement, le VAE jouissait déjà d’une cote montante. Comme le soulignent Les Échos, en 2019, les ventes ont continué à progresser de 12,1 % sur tout le territoire national, pour atteindre 388 100 unités, selon l’Union Sport & Cycle. L’an dernier, les acheteurs ont déboursé 1 749 euros en moyenne pour un vélo électrique, contre 1 585 euros en 2018. Si depuis deux ans l’aide à l’achat accordée par l’État concerne uniquement les foyers non imposables, de nombreuses villes soutiennent ces achats. La prime monte parfois jusqu’à 500 euros pour un vélo électrique classique et peut atteindre 600 euros dans le cas d’un vélo cargo.

A LIRE >> Déconfinement: l’Etat vous signe un chèque de 50 euros pour réparer votre vélo

Moins onéreuses et plus simples à ranger, les trottinettes électriques séduisent également de nombreux citadins. Le prix moyen oscille autour de 399 euros, contre 618 euros en 2016. Si peu de villes soutiennent financièrement leur acquisition, il s’en est vendu 478 000 en 2019.