La dette française pourrait dépasser 115% du PIB fin 2020

Le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, estime que la dette publique devrait dépasser 115% du PIB en fin d’année.

Le gouvernement va exonérer de 3 milliards d'euros de charges sociales des entreprises touchées par les conséquences de la crise sanitaire. Crédit : IStock.

Avec les mesures de soutien à l’économie, face à la crise sanitaire, les finances publiques vont être durement affectées. Dimanche 24 mai, Gérald Darmanin a estimé que la dette française va «sans doute » dépasser le chiffre de 115% du produit intérieur brut à la fin de l’année. Le ministre de l’Action et des Comptes publics, invité au Grand Jury RTL-Le Figaro-LCI, a expliqué que « la dette, c’est à la fois les dépenses que l’on fait, et on en fait beaucoup, et les recettes qu’on n’a pas. Dans cette crise il y a une sorte d’effet ciseau, vous dépensez plus et vous avez moins de recettes fiscales parce qu’il y a moins d’activité ». Les 115% sont prévus par le dernier budget rectificatif en date.

La dette publique se situait sous la barre des 100% du PIB fin 2019 : à 98,1% plus exactement, selon l’Insee. Pour rembourser cette dette, Gérald Darmanin a exclu toute hausse d’impôts qui « découragerait les entreprises, les salariés à consommer, à investir ». L’autre solution serait de réduire les dépenses. Cependant, « au moment où il faut faire un plan hôpital et revaloriser les infirmier, les infirmières, au moment où il faut soutenir l’économie, ce ne serait pas raisonnable » a admis le ministre. Le gouvernement peut choisir la troisième voie : celle « qu‘a choisie le président de la République depuis trois ans », a détaillé Gérald Darmanin. Emmanuel Macron fait selon lui confiance« aux acteurs économiques, et là la croissance pour créer la richesse qui permet de rembourser cette dette ».

À LIRE>> Gérald Darmanin plaide pour une « généralisation de l’actionnariat salarié »

Exonération des charges sociales d’un montant de 3 milliards d’euros

Par ailleurs, le gouvernement va exonérer de 3 milliards d’euros de charges sociales des entreprises de secteurs particulièrement touchés par les conséquences de la crise sanitaire, comme le tourisme, la restauration, la culture ou le sport. Près de 500 000 entreprises sont concernées : celles jusqu’à 250 salariés pour les secteurs tourisme, hôtellerie, culture et événementiel, et celles jusqu’à 10 salariés pour les entreprises fermées pendant le confinement comme les coiffeurs, selon le ministère. La période d’exonération des charges patronales varie, de quatre mois pour les premiers, à trois mois pour ceux qui ont repris une activité normale le 12 mai. Les entreprises des autres secteurs, qui ont vu leurs charges sociales reportées, pourront étaler leur paiement sur une période allant jusqu’à 36 mois. Au total, l’exécutif a déployé 450 milliards d’euros d’aides et de garanties de l’État.

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique