Assurance: Axa va investir 500 millions d’euros en plus pour les entreprises

Le leader de l’assurance, Axa, annonce vouloir investir 500 millions d’euros pour les PME et les ETI.

Les discussions portent aussi sur le fonctionnement des assurances des pertes d’exploitation. Crédit: iStock.

L’assureur Axa a été récemment condamné à verser 50 000 euros à un restaurateur parisien, pour couvrir les pertes subies par la crise du coronavirus. Invité sur RTL mardi 26 mai, son directeur général, Thomas Buberl, a regretté « le choix de la voie judiciaire ». « On assure 20 000 restaurateurs », a-t-il expliqué. « Dès le début de la crise, on a pris des mesures exceptionnelles pour couvrir nos assurés » s’est défendu le patron du leader de l’assurance.

La garantie ne s’appliquerait pas dans un cas de pandémie, car il s’agit « d’un cas systémique où tout le monde est touché », a ajouté Thomas Buberl à l’antenne, qui a parlé de phase de « réanimation » aujourd’hui, et d’une phase de « convalescence » demain. « Axa va investir 500 millions supplémentaire pour les PME (petites et moyennes entreprises) et ETI (entreprises de taille intermédiaire) », a annoncé le patron d’Axa.

Moins de 10% des restaurateurs disposent d’un contrat ambiguë

Par ailleurs, Thomas Buberl a assuré que moins de 10% des restaurateurs assurés avaient un contrat similaire à celui du restaurateur parisien qui a obtenu la condamnation de l’assureur. Au moment de la décision judiciaire, Axa avait déclaré que quelques centaines de professionnels de la restauration avaient souscrit à un contrat du même type. L’assureur a fait appel du jugement.

À LIRE>> Le gendarme de l’assurance enquête sur les contrats pertes d’exploitation

Cette décision de justice a relancé le débat sur l’action des assureurs en ces temps de crise. De nombreux clients leur reprochent de ne pas tenir leurs engagements, selon Les Échos. Les discussions portent aussi sur le fonctionnement des assurances des pertes d’exploitation qui peuvent indemniser des entreprises en cas de fermeture administrative. Mais dans les cas ambigus, Thomas Buberl assure qu’il « faut trouver une solution ». « On veut indemniser une partie substantielle de ces contrats, on veut le faire rapidement » a-t-il précisé encore sur RTL.

Sur le même thème

assurance Axa : actualités et conseils Bourse ETI PME

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique