Mieux Vivre Votre Argent

Sondage: les Français craignent davantage le chômage que la Covid-19

Les allocations chômage de Pôle emploi peuvent parfois être versées en cas de démission. ©iStockPhoto

La première préoccupation des Français a changé. Désormais, ils craignent plus la crise économique que la Covid-19, selon une étude Ifop pour le cabinet de conseil stratégique No Com présentée par Le Parisien. Il y a trois semaines, c’était l’inverse. Depuis le 11 mai, date du début du déconfinement, les peurs liées au contexte économique se sont envolées de 21 points. 79% des Français se disent inquiets à ce propos. 

Cette évolution tient, selon Pierre Giacometti, cofondateur du cabinet conseil en stratégie de communication No Com, au fait « que les Français font le constat d’une épidémie en recul. La statistique quotidienne des décès a été remplacée par le récit des faillites et des inquiétudes du monde économique ». Il explique également au quotidien que « les craintes concernant l’économie sont partagées par toutes les catégories sociales, mais en progression très forte parmi les catégories populaires ».

Une peur de l’inconnu

Dans le cas de ces dernières, elles se traduisent par une peur de l’inconnu. La crise économique n’a « pas forcément d’effets en termes de niveau de vie et de revenus » pour une partie des Français, décrypte Pierre Giacometti. Les artisans, commerçants autres indépendant et chefs d’entreprise s’inquiètent, quant à eux, des effets de la réduction progressive du chômage partiel et des suppressions d’emplois. Et cela d’autant que certains secteurs ont déjà été malmenés par la crise des gilets jaunes et les grèves de la fin de 2019 et du début de 2020.

A LIRE >> Chômage: explosion du nombre de demandeurs d’emploi en avril

Si les craintes économiques prédominent, les Français restent attentifs à la circulation du virus. L’inversion de la tendance masque le fait que 55% des sondés estiment qu’ « il vaut mieux un excès de précaution sanitaire pour protéger la santé de tous, quitte à voir s’aggraver encore les conséquences de la crise sur l’économie française et sur [leur] niveau de vie ».