Insee: l’activité économique reprend, un mois après le déconfinement

L’Insee table sur une baisse de 17% du PIB au deuxième trimestre, revoyant ses prévisions de fin mai légèrement à la hausse.

Les craintes des Français sur l’évolution du chômage sont fortes. Crédit : SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

L’activité économique française se redresse progressivement, un mois après la fin du confinement. La reprise est « très nette » au mois de mai, selon l’Insee, qui revoit légèrement à la hausse ses prévisions : le PIB devrait finalement chuter de 17% au deuxième trimestre. L’institut national de la statistique et des études économiques prévoyait une contraction de 20% du PIB dans ses estimations livrées à la fin du mois dernier. Le mois d’avril « restera sans doute, dans les annales, comme l’un des pires mois qu’ait connu l’économie française en temps de paix ». La perte se limiterait à 12% au mois de juin, par rapport à une situation « normale », écrit l’Insee, après une baisse de 22% en mai en moyenne.

L’économie française a été placée « sous anesthésie », en raison des différents dispositifs mis en place par le gouvernement pour soutenir les entreprises et les ménages : fonds de solidarité, chômage partiel, prêts garantis par l’État… Les « conditions qui rendent un redémarrage possible » ont été réunies. De plus, la consommation des ménages a rebondi lors de la réouverture des commerces. Elle est revenue en mai à 7% sous son niveau habituel, contre 31% sous la normale en avril, et elle devrait être limitée à 5% en juin, selon les données compilées grâce aux montants des transactions par cartes bancaires, conjugués avec les données de caisse transmises par quelques enseignes de la grande distribution.

Le retour à la normale est difficilement prévisible

Cependant, « ce constat ne permet pas de prédire le moment où l’économie sera revenue à son niveau d’avant crise », selon l’institut. Certains secteurs ont été durement touchés, comme les transports aériens et la production automobile. Des interrogations demeurent sur le comportement à venir des entreprises en matière d’investissement. Le comportement des consommateurs est aussi difficile à anticiper car ils peuvent être tentés par « l’attentisme, pour des motifs de prudence sanitaire ou de précaution économique », après avoir épargné lors du confinement, car « un demi-million d’emplois » ont été détruits au premier trimestre, rappelle l’Insee.  Les craintes des Français sur l’évolution du chômage sont fortes.

>> Les prix à la consommation ont légèrement augmenté en mai selon l’Insee (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>À LIRE >>> Les prix à la consommation ont légèrement augmenté en mai selon l’Insee

Autre changement, le nombre de déplacements matinaux, pouvant s’apparenter à des trajets du domicile vers le lieu de travail : il n’est remonté fin mai qu’à environ 60% de ce que ces déplacements représentaient en février, selon les données fournies par la téléphonie mobile. Pour l’Insee, cela traduit « une reprise progressive de l’activité, mais aussi sans doute le maintien d’une large part de télétravail pour certaines professions et dans certains territoires ».

Sur le même thème

Consommation Dynamisme économique Insee redressement économique

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique