Insee: la consommation des ménages rebondit mais reste en-dessous du niveau d’avant la crise

Les prix à la consommation augmentent très légèrement en juin, +0,1%. La consommation des ménages repart en mai, même si elle reste à un niveau inférieur à celui de février.

L’Insee a également publié l’indice des prix à la consommation, qui augmentent de 0,1% en juin sur un an. Crédit: iStock.

La reprise de la consommation se confirme, même si elle est encore timide. Dans son bulletin d’informations rapides, l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) parle d’une consommation des ménages en biens qui rebondit en mai. Cependant, les dépenses restent en dessous de leur niveau de février : -7,2% en volume, contre -32% en avril. De plus, la consommation des biens fabriqués remonte, pour atteindre -14% en mai par rapport au chiffre de février, après -62,4% en avril, en plein confinement. Idem pour les dépenses des ménages en énergie qui restent en retrait, -14,3%. En revanche, la consommation alimentaire se maintient, +4,1% en mai par rapport à février, en raison du changement des habitudes des Français qui mangent plus souvent à domicile et achètent donc plus de nourriture.

Dans les détails, la consommation des biens fabriqués varie selon leur type : les dépenses en habillement-textile restent basses malgré une légère reprise, par exemple, comme tous les achats de biens fabriqués durables avec -19% en mai, par rapport à février. Toutefois, les autres dépenses rebondissent, comme les matériels de transport, même si elles restent à -25,1% en dessous de son niveau de février. Celles d’équipement du logement retrouvent quasiment leur niveau, avec une reprise de la vente de meubles et d’appareils électroménagers.

A LIRE>>> Insee: l’activité économique reprend, un mois après le déconfinement

Les prix à la consommation augmentent de 0,1% en juin

Par ailleurs, l’Insee a également publié l’indice des prix à la consommation, qui augmentent de 0,1% en juin sur un an, après une hausse de 0,4% le mois précédent. Une baisse de l’inflation qui résulte « d’un ralentissement des prix des services et de l’alimentation et d’un recul accentué de ceux des produits manufacturés », écrit l’institut dans son bulletin. Les prix de l’énergie reculeraient moins sur un an et les prix du tabac augmenteraient au même rythme que le mois précédent.

Sur le même thème

consommateurs Consommation inflation Insee

Ne manquez rien de l'actualité

Réactions et commentaires

Sur la même thématique