Le projet interbancaire européen serait prêt à concurrencer Visa et Mastercard

Un nouveau standard des paiements va être créé par les vingt principales banques européennes : le projet interbancaire européen (EPI) devrait être lancé cette semaine selon une information exclusive des Echos.

Le projet EPI relèvera trois défis technologiques : la transaction par carte, le service Request-to-pay et le portefeuille électronique. Crédit : BEBERT BRUNO/SIPA

Le lancement officiel du projet interbancaire européen devrait être annoncé cette semaine, le 2 juillet. Il est baptisé EPI, pour European Payments Initiative, et il devrait concurrencer les américains Visa et Mastercard. Il s’agit d’un nouveau standard européen pour traiter les paiements par carte. Ce projet est soutenu par la Banque centrale européenne (BCE), la Commission et 20 grandes banques européennes, soit toutes les banques françaises, la Deutsche Bank et Commerzbank en Allemagne, Santander en Espagne ou encore l’Intesa Sanpaolo en Italie, détaille Les Echos.

De plus, EPI arrive à un moment propice, puisque le scandale Wirecard (la faillite du géant allemand des paiements) vient d’éclater : le projet européen devient ainsi plus crédible. Historiquement, les banques assuraient la totalité de la chaîne des paiements, avant de laisser le champ libre à de nouveaux acteurs. Le standard européen traitera les paiements par carte, les virements, les paiements instantanés et mobiles, sans passer par les américains Visa ou Mastercard.

Un pas de plus vers la souveraineté bancaire européenne

Une structure commune sera créée, précise encore le quotidien économique : un organe central de gouvernance qui bâtira les infrastructures nécessaires au fonctionnement de l’interbancarité européenne. Elle remplacera les schémas nationaux (appelés les « schemes ») comme le groupement Cartes Bancaires (CB) en France. Le système de paiement instantané lancé par la BCE en 2018, le TIPS (Target instant payment settlement), sera placé au cœur du nouveau dispositif. Le projet EPI relèvera trois défis technologiques : la transaction par carte (ou virement en mode de paiement instantané), le service Request-to-pay (un bénéficiaire demande un paiement au débiteur) et le portefeuille électronique. La totalité des flux bancaires, nationaux et internationaux sera couverte par le futur EPI.

A LIRE >>> Cybersécurité: les banques françaises sont mal protégées

La souveraineté européenne est le « maître-mot du projet », selon un proche du dossier cité par Les Echos. En effet, c’est la première fois qu’un projet de cette ampleur voit le jour en matière de paiements, alors que l’Europe est mise à rude épreuve à cause des géants technologiques américains et chinois. De très importants investissements technologiques sont donc requis, ainsi que de la communication, pour « installer la nouvelle marque » et qu’elle devienne « aussi familière aux consommateurs que Visa ou Mastercard » explique un banquier au quotidien. Les banques vont devoir s’entendre autour de ce projet commun et mettre en sourdine leur concurrence.

Sur le même thème

Banque de France BCE carte bancaire Paiement mobile

Réactions et commentaires

Sur la même thématique