Coronavirus: un Français sur cinq a envisagé une reconversion professionnelle

Pendant la crise sanitaire, 18% des actifs ont commencé à réfléchir à un changement de métier. 
Le confinement a mis un coup d’arrêt à beaucoup de métiers, mais il a également bouleversé des projets de reconversion professionnelle. Crédit: iStock.

Se sentir utile, trouver un métier-passion, avoir plus de temps pour soi et pour sa famille… Les raisons qui poussent à la reconversion professionnelle sont variées, mais le changement de métier est une pensée qui traverse la tête de beaucoup de Français. Pendant la crise du coronavirus, un actif sur cinq s’est questionné sur une possible reconversion, selon une enquête BVA pour Visiplus Academy. Il s’agissait pour la majorité de « donner du sens à leur travail ». 

17% des Français ont déjà fait une reconversion 

De manière générale, près d’un travailleur sur deux a déjà pensé à changer de profession ou l’a déjà fait. 17% des Français ont réalisé une reconversion, 12% se sont informés sur cette possibilité et 5% sont en cours de changement. 63% des personnes qui envisagent une nouvelle vie ont le même travail depuis 4 ou 5 ans et se situent entre 25 et 44 ans. 

Le confinement a mis un coup d’arrêt à beaucoup de métiers, mais il a également bouleversé des projets de reconversion professionnelle. 5% de ceux qui avaient prévu un changement ne l’ont pas réalisé et 5% d’entre eux l’ont momentanément arrêté. Pour 18% des actifs, cette période particulière a été le moment d’entamer une réflexion pour remettre en question leur travail. Il s’agissait pour 58% des personnes dans ce cas de trouver un moyen de se sentir utile, et pour 31%, d’adapter leur profession à leur vie personnelle. 

A LIRE >> Achats alimentaires, commerces de taille moyenne : comment le confinement a bouleversé la consommation 

Les motivations diffèrent 

Les motivations diffèrent selon l’état d’avancement de la reconversion. Ceux qui sont en train de la réaliser le font pour trouver du sens, à 51%, puis pour gagner en liberté et équilibrer vie professionnelle et personnelle, à 49%, et enfin pour faire de leur passion un métier, à 36%. Les personnes qui en sont au stade de la réflexion placent l’augmentation de leurs revenus en premier, à 46% puis l’équilibre entre la vie personnelle et professionnelle en deuxième, à 46%. La quête de sens vient seulement en dernier, à 41%. 

Sur le même thème

travail vie pratique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique