Se connecter S’abonner

Isolation à un euro: une nouvelle arnaque se répand pour la rénovation des murs

Les professionnels du bâtiment notent une multiplication des arnaques sur l’isolation thermique des murs. 

Tout commence par un démarchage abusif. L’entreprise de travaux propose de façon agressive une isolation thermique par l’extérieur (ITE), soit une rénovation des murs pour dépenser moins d’énergie. Les démarcheurs vendent l’intervention en affirmant que ces travaux sont à « un euro », comme l’isolation des combles. C’est un premier mensonge, cette aide n’existe pas pour ce type de rénovation. Les travaux sont ensuite bâclés, ou ne sont pas terminés. Et les victimes se retrouvent avec les murs de leurs maisons couverts de polystyrène gris, mal fixés, en décomposition, comme le raconte Les Echos.

Une escroquerie qui se multiplie partout

Ce type d’arnaque a été observé notamment dans le nord de la France, en Bretagne, dans le Grand-Est. Selon les spécialistes interrogés par le quotidien, l’escroquerie se répand de plus en plus et touche tout le territoire. « Depuis que l’isolation des combles est davantage contrôlée, les escrocs se sont rabattu sur l’ITE, moins surveillée », explique ainsi le président de l’Union Nationale des Entrepreneurs d’Enduits de Façade (UNEEF). 

Derrière cette arnaque, il y a bien souvent des entreprises françaises, qui affichent le label RGE soit « Reconnu Garant de l’Environnement », pour lequel il faut seulement faire une formation de quelques jours. Les escrocs visent principalement des ménages modestes, qui touchent plus d’aides, pour récupérer le maximum d’argent, avec la promesse d’une ITE à 1 euro, alors que le reste à charge minimum est de 10% pour la tranche de revenus la plus basse. 

A LIRE >> Immobilier: les Français prêts à investir 4 290 euros dans des travaux

15 000 à 18 000 euros pour refaire les travaux 

Ces entreprises malhonnêtes perçoivent les aides au nom de leurs clients, avec les certificats d’économie d’énergie (CEE) auxquels ils rajoutent parfois aussi Maprimerenov. « Les propriétaires se retrouvent avec une maison défigurée, des plaques d’isolants qui se décomposent et se détachent. Un véritable cauchemar ! », décrit Benoit Dulac des Eco-Isolateurs, à Evreux dans Les Echos. Les ménages se retrouvent donc sans autre choix de refaire des travaux, dont le coût total leur incombe, puisqu’on ne peut pas toucher les aides à la rénovation énergétique deux fois. Or une isolation thermique des murs extérieurs coûte en moyenne 15 000 à 18 000 euros.