Le PIB chute de manière historique en France à cause du confinement

La France est en récession : le plongeon du produit intérieur brut au deuxième trimestre 2020 est historique, de 13,8%.

Le PIB du deuxième trimestre 2020 est 19% plus bas qu’au deuxième trimestre 2019. Crédit: SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA.

Comme les autres pays, la France n’échappe pas à la récession, en raison du confinement et de l’arrêt des activités à cause de la pandémie de coronavirus. L’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee) enregistre la chute la plus brutale du PIB depuis qu’il étudie l’activité économique française. Le produit intérieur brut baisse ainsi de 13,8% au deuxième trimestre 2020. Selon le gouvernement, notamment Bruno Le Maire vendredi 31 juillet sur Cnews, « c’est un chiffre moins sévère que prévu. Ça prouve que nous ne sommes pas impuissants face à la crise ». Le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance a déclaré « tout faire pour accélérer le redressement économique du pays ». Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée chargée de l’Industrie, a, elle aussi, parlé sur LCI d’un meilleur chiffre que celui attendu par les économistes, avant de préciser : « Le sujet maintenant, c’est quel est le rebond. On prépare un plan de relance de 100 milliards d’euros ».

La chute du PIB avait été de 5,9% au premier trimestre 2020. Cependant, cette baisse de près de 14% est un résultat moins mauvais que celui envisagé par les analystes : -15,3%. L’Insee avait évoqué une baisse du PIB de 17% à la mi-juin. Pour l’Institut, la levée des restrictions en mai puis en juin a permis une reprise progressive de l’activité économique. Le PIB est tout de même 19% plus bas qu’au deuxième trimestre 2019. Les dépenses de consommation des ménages ont chuté au deuxième trimestre 2020 de 11%, les dépenses de consommation des administrations publiques de 8%. Les dépenses alimentaires enregistrent un léger recul de 0,5% et les services marchands baissent de 6,2% seulement, seuls secteurs qui résistent.

>> PIB: plus optimiste que le gouvernement, l’Insee table sur un recul de 9% (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >>> PIB: plus optimiste que le gouvernement, l’Insee table sur un recul de 9%

Le commerce extérieur contribue de façon négative à la croissance du PIB

Concernant les autres secteurs, la chute est brutale « en raison des restrictions administratives mises en œuvre pour lutter contre la pandémie », écrit l’Insee. Les dépenses de services de transports baissent de 45,8%, celles de l’hébergement-restauration, de 56,9%. Les exportations chutent de 25,5%, les importations en revanche de 17,3% seulement. L’institut explique que le commerce extérieur contribue de façon négative à la croissance du PIB. Il baisse de 2,3 points contre 0,1 point au premier trimestre 2020. Les variations de stocks en revanche augmentent de 0,6 point.

Sur le même thème

Coronavirus crise économique Insee redressement économique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique