Confinement: un cadre sur trois fait des démarches pour quitter Paris

Entre la grève dans les transports en commun et le confinement, les cadres parisiens sont 83% à déclarer envisager une mobilité régionale et près de 30% ont engagé des démarches pour concrétiser leur envie de mobilité.

Le temps passé dans les transports en commun pèse sur le moral des cadres. Crédit: iStock.

Paris a moins la cote. La grève des transports de décembre et plus récemment le confinement font qu’un cadre parisien sur deux se dit insatisfait de sa situation, selon une étude publiée mardi 25 août par cadreemploi.fr. Pour cette huitième édition, l’étude s’est également penchée sur les villes préférées des candidats au départ.

Les inconvénients de la capitale semblent avoir pris le dessus sur les avantages qu’elle présente et 54% des cadres se déclarent insatisfaits de leur situation. Il semblerait que la longue grève du mois de décembre et le confinement aient donné encore plus d’envies d’ailleurs que les autres années et la frontière entre l’intention et le passage à l’acte réel s’est considérablement rapprochée.

Le stress, le coût de la vie…

Les points noirs les plus souvent cités sont le caractère trop stressant de Paris (63%), le coût de la vie trop élevé (57%) et les temps de transport trop importants (48%). A cela s’ajoute des problématiques immobilières. Déjà présentes auparavant, le confinement leur a donné une nouvelle dimension. Désormais, 27% des cadres déplorent l’impossibilité d’investir dans l’immobilier à Paris.

A LIRE >> Confinement: les Parisiens ont épargné plus que les autres Français

Selon l’étude, 83% des cadres déclarent envisager une mobilité régionale. Et ils sont 32% à être inscrits dans une démarche active de mobilité. Soit ils ont effectué une demande de mutation, soit ils cherchent un poste dans une autre entreprise. Ils espèrent subir moins de stress au quotidien (75%), préserver la vie personnelle (62%) et payer moins de charges (62%).

Bordeaux, Nantes, Lyon

Pour ce qui est des destinations ils privilégient Bordeaux. La cité girondine est plébiscitée par 51% des sondés. Nantes est la deuxième ville qui a la préférence ces cadres parisiens (44%). Lyon occupe la troisième place (31%). Les sondés sont 89% à penser qu’elles leur offriront un meilleur cadre de vie.

Sur le même thème

Coronavirus grève Paris

Réactions et commentaires

Sur la même thématique