En juillet, le nombre de demandeurs d’emploi baisse pour la première fois depuis mars

Au mois de juillet, le chômage a baissé en France de 4,1% par rapport à juin, selon les derniers chiffres publiés par Pôle emploi. 
Le mois de juillet marque une hausse du nombre de demandeurs sans emploi qui ne sont pas tenus de rechercher un emploi, car ils sont en formation, en arrêt maladie ou en contrat de sécurisation professionnelle. Crédit: iStock.

Le niveau de chômage en France au mois de juillet est à « un niveau élevé » note la Dares, le service statistique du ministère du Travail. On compte ainsi plus de quatre millions de demandeurs d’emplois en catégorie A, c’est-à-dire sans aucun travail. Cependant, ce chiffre est en baisse comme aux mois de juin et mai. Il y a ainsi 174 300 chômeurs de catégorie A en moins par rapport au moins précédent, soit une diminution de 4,1%. Cela s’expliquerait par le passage de certains chômeurs en activité partielle.

Plus de chômeurs en activité réduite

Le nombre de demandeurs d’emploi en catégorie B et C, de leur côté, augmentent. 129 400 personnes supplémentaires ont été enregistrées. Il s’agit des travailleurs qui ont une activité réduite d’un maximum de 78 heures par mois (catégorie B) et de plus de 78 heures par mois (catégorie C). La baisse de la catégorie A s’accompagne alors d’une hausse des deux autres catégories au mois de juillet comme pour les deux précédents mois.

A l’inverse des deux mois précédents, le nombre global de demandeurs d’emploi, donc le total des catégories A, B et C, diminue. Il s’agit d’une première depuis le mois de mars 2020. « Cette baisse du nombre de personnes en catégories A, B, C intervient dans un contexte d’une légère diminution des entrées (-11 500) et d’une nouvelle augmentation des sorties (+62 500 après +132 400 en juin) de ces catégories », note la Dares.

A LIRE >> Coronavirus: 88 jours de travail suffisent pour bénéficier du chômage

Hausse des demandeurs d’emploi en formation

Par ailleurs, le mois de juillet marque une hausse du nombre de demandeurs sans emploi qui ne sont pas tenus de rechercher un emploi, car ils sont en formation, en arrêt maladie ou en contrat de sécurisation professionnelle. 38 600 personnes supplémentaires ont été notées, soit une augmentation de 13% qui s’explique par la croissance du nombre de chômeurs en formation.

Sur le même thème

aides et allocations chômage

Réactions et commentaires

Sur la même thématique