Se connecter S’abonner

Economie: le climat des affaires continue de remonter en France

En août 2020, le moral des chefs d’entreprise poursuit son augmentation, ininterrompue depuis le mois de mai, selon l’enquête mensuelle de l’Insee. 
absentéisme

En avril 2020, le climat des affaires avait chuté à 62 points, son niveau le plus bas. En 2009, période de la crise des subprimes, il avait atteint 69 points. L’indicateur de l’Insee qui calcule l’opinion des chefs d’entreprise sur les perspectives d’activité avait perdu plus de 30 points, soit « la plus forte baisse enregistrée sur un mois ». La crise du coronavirus a donc affolé les secteurs observés par l’institut tous les mois depuis 1980 : l’industrie, les services, le commerce et le bâtiment. Cependant, depuis le mois de mai, le climat des affaires remonte la pente.

Sept points de plus par rapport à juillet

Au mois d’août, les chefs d’entreprise gagnent en optimisme sur leurs perspectives d’activité. Le climat des affaires monte à 91, ce qui correspond à sept points supplémentaires par rapport au mois précédent. L’Insee note toutefois que ce chiffre reste en dessous de sa moyenne de long terme, fixé à 100. Avant le confinement, l’indicateur affichait un « niveau relativement élevé » : 105 points. Les chefs d’entreprise du secteur des services sont les plus positifs avec un climat à 94 points tandis que l’indicateur de l’industrie et du commerce de détail affiche 93 points.

« Cette nette amélioration s’explique avant tout par la forte hausse des soldes d’opinion sur l’évolution de l’activité au cours des trois derniers mois, commune à tous les grands secteurs d’activité », explique l’Insee. Ce sont donc bien les effets directs du déconfinement du 11 mai qui font remonter le climat des affaires. Le niveau de l’indicateur au mois d’août est la suite logique de trois mois où les chefs d’entreprise ont vu leurs perspectives d’activité se bonifier.

A LIRE >> Économie: la confiance des ménages reste stable mais faible

Le climat de l’emploi s’améliore également

Comment les dirigeants perçoivent-ils les perspectives d’embauche ? Comme le climat des affaires, celui de l’emploi se renforce et atteint, en août 2020, 88 points. En avril, cet indicateur atteignait également son plus bas historique avec un niveau à 70. Par rapport à juillet, l’opinion des chefs d’entreprise sur l’emploi gagne 12 points, mais reste en dessous de son niveau d’avant la crise sanitaire. « Cette forte progression du climat de l’emploi est en grande partie due à l’amélioration du solde d’opinion sur les effectifs passés dans les services, principalement hors intérim », note l’institut de statistiques.