Se connecter S’abonner

Prêts : davantage d’emprunteurs atteints de cancers vont bénéficier du droit à l’oubli

C’est une bonne nouvelle pour les personnes ayant été atteintes de cancers souhaitant faire un emprunt. Depuis ce mardi 1er septembre, elles ne doivent plus le signaler si les traitements se sont terminés il y a plus de cinq ans.

Ce mardi 1er septembre, le droit à l’oubli s’étend aux personnes ayant été atteintes d’un cancer avant leur 21 ans. Il est en effet difficile de contracter un emprunt lorsque l’on est atteint de maladies graves. En raison des risques, les assurances demandent aux emprunteurs de déclarer leur pathologie. Parfois, elles peuvent refuser un emprunteur. Dans d’autres cas, la facture peut devenir très élevée.

Le droit a l’oubli

Pour permettre à ces personnes d’emprunter, une convention signée entre les représentants des assureurs, des établissements de crédit et des associations de défense des consommateurs et des malades, prévoit un droit à l’oubli. Jusqu’à présent pour bénéficier de ce droit, il fallait avoir achevé ses soins depuis au moins dix ans. Les jeunes malades atteints d’un cancer avant leurs 18 ans bénéficiaient d’un délai réduit de cinq ans. Depuis ce mardi, ce délai de cinq ans est aussi applicable aux jeunes tombés malades avant leurs 21 ans.

A LIRE >> Crédit immobilier: le chômage partiel n’est pas couvert par l’assurance « perte d’emploi »

Ne pas déclarer sa maladie

Cette mesure concerne les prêts immobiliers, les prêts à la consommation et les prêts professionnels. De cette manière, le droit à l’oubli permet aux jeunes emprunteurs ayant souffert de pathologie grave de ne pas la déclarer dans le questionnaire de santé des assurances. Ils peuvent ainsi bénéficier des prix appliqués auprès de la majorité des personnes de leur âge et de leur catégorie sociale.