Bercy crée un guichet unique pour les crédits accordés dans le cadre du plan de relance

Pour que les crédits alloués dans le cadre du plan de relance ne se perdent pas dans les couloirs des administrations, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance crée une gouvernance spécifique. Objectif : le déboursement de 30% des 100 milliards d’euros en 2021.

L’objectif est de dégager 30 milliards d’euros en 2021. Crédit: iStock.

Après l’annonce du plan de 100 milliards d’euros pour relancer l’économie française, l’accélération du décaissement des crédits est la priorité du gouvernement. Bercy crée donc un guichet unique pour leur délivrance : l’objectif est de dégager 30 milliards d’euros en 2021. « L’exécution sera un point capital. Nous devons dépenser vite et bien pour avoir des effets concrets sur l’activité », explique aux Échos une source au sein du ministère de l’Économie. En clair, Bercy souhaite éviter que ces crédits ne se perdent parmi d’autres dans les méandres de l’administration.

Cette volonté de sortir l’argent au fur et à mesure a été affichée par Bruno Le Maire à l’université du Medef fin août. Le ministre de l’Économie avait ainsi précisé qu’un point serait fait « toutes les semaines pour s’assurer que les projets avancent au rythme annoncé », précise le quotidien économique. « Si ce n’est pas le cas, nous déplaceront les crédits vers d’autres projets », avait encore annoncé le patron de Bercy, des choix à faire lors du comité mensuel interministériel. Sur les 100 milliards d’euros prévus par le plan de relance, 30 seraient donc décaissés dès l’an prochain et le reste d’ici à 2024.

> Le gouvernement se fixe l’objectif de créer 160 000 emplois l’an prochain (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >> Le gouvernement se fixe l’objectif de créer 160 000 emplois l’an prochain

Les seuils des appels d’offres publics relevés

Pour accélérer les dépenses, le ministère de l’Économie va recenser tous les projets d’investissement en cours de lancement ou à l’étude. Les seuils des appels d’offres publics seraient relevés, ajoute le journal. Par exemple celui de la rénovation énergétique des bâtiments le long de la petite ceinture, à Paris, projet porté par la maire, Anne Hidalgo. « Avec une lecture politicienne, certains auraient dit non. Mais au contraire, si nous pouvons accélérer un tel projet, nous le ferons », précise une source à Bercy.

Sur le même thème

Argent crédit redressement économique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique