Le gouvernement se fixe l’objectif de créer 160 000 emplois l’an prochain

Le Premier ministre, Jean Castex, présente le plan de relance du gouvernement ce jeudi 3 septembre : il prévoit d’injecter 100 milliards d’euros sur deux ans dans l’économie française.

Le plan du gouvernement, baptisé « France Relance », compte 70 mesures. Crédit: iStock.

L’emploi est au cœur du plan de relance du gouvernement. Cette année, 800 000 suppressions de postes sont attendues en raison de la crise sanitaire liée au coronavirus. Jean Castex, qui présente son plan de 100 milliards d’euros jeudi 3 septembre en conseil des ministres, a parlé sur RTL de la création de « 160 000 emplois » en 2021. Le Premier ministre espère ainsi « reconstituer » cette richesse nationale, « en réinjectant massivement de l’argent dans l’économie, pour que l’économie et les entreprises repartent. Si les entreprises repartent, il y a moins de chômage, il y a plus d’emploi », a expliqué le chef du gouvernement.

Par ailleurs, le Premier ministre a parlé des entreprises en difficulté et qui seront aidées par le gouvernement. « 84% du salaire net des salariés concernés seront pris en charge par le plan de relance », a précisé Jean Castex à l’antenne. La relocalisation de certaines activités en France est aussi une priorité de l’exécutif. « Nous avons sélectionné un certain nombre de secteurs où nous allons investir massivement pour que nous relocalisions les activités actuelles ou futures », a-t-il déclaré. L’objectif est de créer du travail pour les entreprises et par conséquent pour les Français, en investissant dans certains secteurs, comme la santé (6 milliards d’euros).

> Le niveau de salaire des cadres menacé par la crise du coronavirus (s’ouvre dans un nouvel onglet) »>A LIRE >> Le niveau de salaire des cadres menacé par la crise du coronavirus

70 mesures du plan « France relance »

Le plan du gouvernement, baptisé « France Relance », compte 70 mesures : l’investissement dans des secteurs innovants est accéléré, ainsi que dans la transition écologique, tout en baissant la fiscalité dans les entreprises alors que la croissance en France devrait chuter de 11% cette année, soit la pire récession depuis la Seconde guerre mondiale. La transition écologique est dotée de 30 milliards d’euros et les efforts sont concentrés sur les secteurs les plus émetteurs de gaz à effet de serre, soit les transports, le bâtiment, l’industrie et l’agriculture. Les particuliers sont notamment encouragés à rénover leur habitat pour une meilleure efficacité énergétique, avec 2 milliards d’euros alloués à « Ma prime rénov’ ». Enfin, concernant la fiscalité des entreprises, les impôts de production seront baissés de 20 milliards d’euros sur deux ans.

Sur le même thème

Coronavirus Emploi Entreprises redressement économique

Réactions et commentaires

Sur la même thématique