Se connecter S’abonner

Le prix d’une consultation chez un généraliste a augmenté de plus de 40% en vingt ans

La consultation chez un médecin généraliste conventionné coûte 25 euros en 2020, contre 17,53 euros en 2000, soit 43% de hausse en vingt ans.

Télémédecine médecins sécurité sociale

Les patients paient de plus en plus cher chez le médecin. Alors qu’en 2000, une personne payait 17,53 euros chez son médecin traitant de secteur 1, aujourd’hui elle paie 25 euros. Soit 43% plus cher, selon MoneyVox, qui a étudié les prix des consultations chez les médecins généralistes conventionnés, dont la dernière réévaluation remonte à 2017. Cette hausse du prix des rendez-vous chez les généralistes n’a été prise en charge qu’en partie par l’Assurance maladie, relève le site spécialisé.

En effet, si le prix de la consultation a fortement augmenté, celui du ticket modérateur, lui, n’aurait pas évolué en vingt ans. Il s’agit de la partie qui n’est pas remboursée par la Sécurité sociale, fixée à 30%, sauf pour les patients qui n’ont pas de médecin traitant et qui doivent payer 70%. Cependant, la somme à la charge du malade augmente, ainsi que celle de sa mutuelle, puisque la part est fixe et que le prix de la consultation augmente. En 2017, alors que le prix augmentait de 2 euros, l’Assurance maladie a pris en charge 1,40 euro, la mutuelle ou le patient payant le reste soit 60 centimes.

A LIRE >> Les complémentaires santé acceptent de verser une contribution à la Sécurité sociale

Augmentation du reste à charge de 62% en 20 ans

En 2005, une franchise d’un euro par consultation a été mise en place : la caisse retient désormais un euro sur les remboursements effectués, augmentant le reste à charge. Selon les calculs du site spécialisé, entre le prix de la consultation en hausse, la franchise et la stabilité du ticket modérateur, le reste à charge a ainsi augmenté de 62% en vingt ans. Il était de 5,26 euros en 2000 contre 8,50 euros cette année. Selon l’Institut de recherche et documentation en économie de la santé, 5% des Français renoncent à aller chez le généraliste faute de moyens suffisants.