Se connecter S’abonner

Les complémentaires santé vont payer une contribution de 1,5 milliard d’euros à la Sécurité sociale

Le déficit de la Sécurité sociale devrait atteindre plus de 50 milliards d’euros cette année. Les mutuelles sont d’accord pour lui verser une « contribution exceptionnelle ».

Les complémentaires santé ont économisé pendant le confinement : plus de 2,6 milliards d’euros, selon le ministère de l’Économie et des Finances. De l’argent récolté par les mutuelles en raison de l’arrêt de certains soins par les assurés : en contrepartie, elles ont donc donné leur accord pour verser une contribution exceptionnelle à la Sécurité sociale. Selon Les Echos, le montant de cette taxe est d’1,5 milliard d’euros environ. Une facture présentée jeudi 3 septembre par le ministre de la Santé, Olivier Véran, et le ministre délégué aux Comptes publics, Olivier Dussopt.

En effet, le déficit de la « Sécu » devrait dépasser les 50 milliards d’euros en 2020. L’organisme a remboursé de nombreux soins, consultations et tests à 100% entre le mois de mars et le mois de mai. Cet été, la Mutualité française avait fait savoir qu’elle n’était pas opposée au principe d’une contribution, car « il n’a jamais été question de tirer les bénéfices de cette crise ». Le groupe représente 266 mutuelles santé. Cependant, les complémentaires parlent d’un éventuel rattrapage sur les mois à venir : les Français devraient à nouveau consulter les soignants pour rattraper les soins non réalisés pendant le confinement. Il y aurait eu des surprises dans le dentaire, selon certaines mutuelles, avec des reports de soins très conséquents après le mois de mai.

A LIRE >> Les chômeurs partiels sont privés de complémentaire santé

31 milliards d’euros de déficit pour l’Assurance-maladie

Les mutuelles demandent donc au gouvernement de ne pas se précipiter. Ce dernier les aurait entendues : le prélèvement sur le chiffre d’affaires se fera en deux temps, révèle Les Echos. Au titre de cette année, 1 milliard serait réservé mais versé en 2021. Ensuite, 500 millions d’euros viendraient compléter cette contribution l’an prochain. L’Assurance-maladie profitera de ces montants : elle devrait présenter cette année un déficit de 31 milliards d’euros.