Se connecter S’abonner

L’emploi salarié retrouve son niveau de mars 2017 avec 215 200 destructions de postes

L’Insee publie ses dernières données sur l’emploi : l’emploi salarié a reculé de 0,9% entre fin mars et fin juin.

Pôle emploi chômeur demandeur d'emploi annonces

L’emploi public comme privé est touché par la crise sanitaire. Au deuxième trimestre 2020, l’Insee recense 215 200 destructions nettes de postes dans tous les secteurs confondus, soit un recul de l’emploi salarié de 0,9%. Dans le détail, il y a eu 158 200 destructions entre fin mars et fin juin dans le secteur privé et 57 100 dans le secteur public. « Sur un an, l’emploi salarié chute de 572 900, soit -2,3% », écrit l’institut, qui indique que l’on retrouve « un niveau comparable à celui de fin mars 2017 ». Au trimestre dernier, la baisse concernait quasi exclusivement les emplois du privé.

Cependant, les emplois intérimaires ont rebondi, avec une hausse de 23% sur la période, soit 108 100 emplois créés. L’intérim avait chuté de 40% au premier trimestre. Comptabilisé au sein des services marchands, il est fortement en hausse dans la construction avec 85,2%. Dans l’industrie et le tertiaire, il augmente respectivement de 14% et de 12,7%. Hors intérim, seule la construction se stabilise : 0%, après -0,2% au premier trimestre tandis que l’emploi est plus élevé sur un an par rapport à l’an dernier, avec une hausse de 1,4% soit un surplus de 19 100 postes.

L’hébergement-restauration souffre particulièrement

Dans les services marchands hors intérim, l’emploi retrouve « quasiment son niveau de fin 2017 ». Le secteur de l’hébergement-restauration est particulièrement touché avec une baisse (hors intérim) de 7,6% et 82 800 emplois détruits, « retrouvant ainsi son plus bas niveau depuis début 2015 ».  Les « services aux ménages » souffrent aussi avec 37 000 emplois détruits (-2,9%), les transports avec 18 100 emplois et -1,3%, et le commerce avec 29 100 emplois en moins et une baisse de 0,9%.

A LIRE >>> PIB: plus optimiste que le gouvernement, l’Insee table sur un recul de 9%

Du côté des services non marchands, l’emploi salarié chute de 0,9% au deuxième trimestre, ce qui représente 71 800 destructions, alors que la baisse était de 0,2% au premier trimestre. Il retrouve son plus bas niveau depuis le troisième trimestre 2014, selon l’Insee. L’explication vient du fait que l’emploi public perd aussi des postes avec une chute de 1%. Les contractuels et vacataires n’ont pas vu leurs contrats renouvelés dans la fonction publique entre fin mars et fin juin 2020.