Se connecter S’abonner

Les chèques sont désormais plus fraudés que les cartes bancaires

Selon le dernier rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, le montant de la fraude sur les chèques a augmenté de 20% l’an dernier, pour représenter la moitié du montant total des fraudes. Le niveau de fraude sur les moyens de paiement est « globalement maîtrisé » selon la Banque de France.

Selon le dernier rapport annuel de l’Observatoire de la sécurité des moyens de paiement, le niveau de fraude est « globalement maîtrisé » en France. Son montant total s’est élevé l’an dernier à 1,1 milliard d’euros (+ 13%) et a concerné près de 7,5 millions de transactions (+ 11%).

Ces hausses s’expliquent essentiellement par la progression des fraudes sur les chèques. Si le chèque est de moins en moins utilisé par les français, ne représentant plus que 6% des transactions scripturales, il est devenu le « moyen de paiement le plus fraudé » tant en valeur absolue qu’en taux de fraude.

Son montant global de fraude a crû de 20% en 2019 pour s’élever à 540 millions d’euros, soit 46% du montant total fraudé. Le taux de fraude s’établit ainsi à 0,066%, ce qui représente l’équivalent d’un euro de fraude pour 1.510 euros de paiement. Le montant moyen d’un chèque frauduleux s’établit à 2.938 euros.

Pour remédier à cette tendance, alors que le chèque constitue encore le moyen de paiement privilégié pour une partie de la population, la Banque de France a engagé une « étude sur les pistes de renforcement de la sécurité du chèque ». Sachant que la fraude prend diverses formes : vol, falsification, et, de plus en en plus, contrefaçon.

La fraude sur les cartes à son plus bas niveau

La carte bancaire de son côté voit son utilisation croître d’années en années, et compte désormais pour 60% du total des opérations scripturales.

Son taux de fraude reste stable et proche de son plus bas niveau historique, à 0,064 % (soit l’équivalent d’un euro de fraude pour 1.560 euros d’opérations).

Ce taux se répartit entre les taux de fraude sur les opérations domestiques en proximité (0,010 % au point de vente, 0,028 % sur les retraits), le paiement sans contact (0,019%), et les paiements à distance (0,170%). Ces derniers restent plus sensibles, même si le niveau de fraude se réduit pour la 8ème année consécutive en raison d’un recours plus fréquent à « l’authentification forte du payeur ».

A LIRE>>> La sécurité renforcée des paiements sera appliquée d’ici à fin 2020, promet la banque de France

Les banques émettrices sont à cet égard encouragées à poursuivre leur effort pour convaincre leurs clients à adopter ces nouvelles solutions, plus sures.

Enfin, le virement et le prélèvement (environ 16 % chacun du total des paiements) présentent des taux de fraude extrêmement faibles, à 0,0006%.