Se connecter S’abonner

Le nombre de ruptures de contrat dans le cadre d’un PSE continue d’augmenter en septembre

Le nombre de plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) en France augmente encore en septembre ainsi que les ruptures de contrats de travail envisagées, selon le suivi du ministère du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion.

pass sanitaire
Crédit: iStock.

A la fin du mois de septembre 2020, le bilan est négatif concernant les plans de sauvegarde de l’emploi (PSE) : leur nombre hebdomadaire s’élève à 30 lors de la semaine du 7 septembre, à 28 lors de la semaine du 14 septembre et à 35 lors de la semaine du 21 septembre. Les chiffres poursuivent leur hausse selon la Direction de l’animation de la recherche, des études et des statistiques (Dares). Logiquement, le nombre de ruptures de contrats de travail envisagées augmente également pour atteindre environ 4 200 les deuxième et troisième semaines du mois. « En cumul depuis le 1er mars, 65 000 ruptures de contrats de travails ont été envisagées dans le cadre de PSE, soit plus du triple que durant la même période de 2019 », écrit la Dares.

Les licenciements collectifs pour motif économique concernent dans neuf cas sur dix des licenciements de moins de dix salariés. Sur la même période, soit depuis le début du mois de mars, 3 500 ont été notifiés, dans différents secteurs. Les plus concernés sont le commerce et la réparation automobile avec 20% du total des licenciements collectifs pour motif économique, suivi de la construction avec 17%, de l’industrie manufacturière avec 16% et de l’hébergement et de la restauration avec 13%.

A LIRE >>> 50 000 emplois sont concernés par le chômage partiel de longue durée

1,3 million de salariés en activité partielle en août

Par ailleurs, la Dares publie aussi le chiffre de l’activité partielle du mois d’août 2020 : « 1,3 million de salariés auraient effectivement été en activité partielle ». C’est moins que prévu. En effet, les demandes d’autorisations préalables (DAP) déposées entre le 1er mars et le 27 septembre concernaient 7,1 millions de salariés au mois d’août. La Dares prend finalement en compte les demandes d’indemnisation (DI) enregistrées chaque mois. Le chiffre est en baisse constante. L’Ile-de-France et l’Auvergne-Rhône Alpes concentrent le plus de salariés indemnisés dans le cadre du chômage partiel, la région francilienne étant largement devant avec 41,7% contre 9,7% pour Auvergne-Rhône Alpes. Cependant, les entreprises n’ont peut-être pas toutes déposé leurs demandes car elles disposent d’un an pour le faire.