Se connecter S’abonner

Insee : le moral des chefs d’entreprise en baisse

La reprise de l’épidémie de coronavirus pèse sur l’activité et les chefs d’entreprise sont pessimistes selon la dernière étude de l’Insee.

Le climat des affaires se détériore en France. L’indicateur synthétique de l’Insee recule de deux points, soit 90, et il retrouve son niveau d’août. L’Institut note qu’il est bien inférieur à sa moyenne de long terme, soit 100. « Les perspectives d’activité s’assombrissent par rapport au mois dernier », écrit l’Insee, qui a interrogé des chefs d’entreprise entre le 28 septembre et le 19 octobre. En d’autres termes, le moral des patrons n’est pas bon. Le secteur des services est particulièrement marqué par ce recul, l’hébergement-restauration en premier lieu, très affecté par les récentes mesures sanitaires. En effet, le couvre-feu a été instauré le 17 octobre, ce qui plombe l’activité économique.

Concernant l’emploi, le climat se dégrade aussi ce mois-ci en raison du rebond de l’épidémie de Covid-19, alors qu’il se redressait de manière continue depuis le mois de mai. Le climat de l’emploi se replie à 89, il perd trois points par rapport à septembre 2020. Il reste très en-deçà de son niveau d’avant-crise, soit au-dessus de 105. Les secteurs tertiaires (services et commerces de détail) souffrent du pessimisme sur les effectifs prévus, en particulier dans les services hors intérim. Les chefs d’entreprise du secteur des services sont « bien plus pessimistes que le mois précédent sur leurs propres perspectives » d’ici à la fin de l’année, précise l’Insee.

Repli modéré dans l’industrie

Dans l’industrie en revanche, le repli est plus modéré selon l’Insee. Le climat conjoncturel s’altère un peu car il perd un point, à 93. « Cette légère inflexion provient de la contraction des perspectives personnelles de production et, dans une moindre mesure, de la baisse du solde d’opinion sur les carnets de commande globaux », écrit l’Institut. Mais les bons résultats passés amortissent cette baisse. Le climat des affaires est stable à un niveau dégradé (95) dans le commerce de détail, le commerce et la réparation automobiles, alors qu’il s’était redressé à la fin du confinement. Les perspectives d’activité sont orientées à la baisse dans le secteur du bâtiment, même si l’opinion des patrons sur les intentions de commande se relève. Ils sont plus positifs qu’en septembre sur leur activité passée. La reprise de l’épidémie de coronavirus pèse sur l’activité et les chefs d’entreprises sont pessimistes selon la dernière étude de l’Insee.