Se connecter S’abonner

Covid-19 : l’UFC-Que Choisir fustige les fermetures de certains rayons et commerces

« Qui peut comprendre qu’en forçant les consommateurs à converger, transhumer vers les seules grandes surfaces (…), on est face à une décision opportune, efficace, et donc acceptable ? », déplore l’association lundi.

Le président de l’UFC-Que Choisir dénonce, sur le site de l’association, la fermeture à partir de mardi des « rayons non essentiels » des grandes surfaces. Une décision actée par le gouvernement par souci « d’équité » avec le petit commerce.

« Qui peut comprendre qu’en forçant les consommateurs à converger, transhumer vers les seules grandes surfaces, (…) on est face à une décision opportune, efficace, et donc acceptable ? », a déploré Alain Bazot lundi.

Pour lui, « le critère de « biens essentiels », au lieu de celui de la capacité à réguler les flux, assurer de la distanciation, etc. manque de pertinence au-delà du fait qu’il est arbitraire ». Et le responsable de s’interroger : « Quels rayons inaccessibles ? Comment ? Quels contrôles ? » En outre, il a critiqué le fait que « le Président ait pris sa décision initiale de fermer les seuls petits commerces, sans consultation des parties prenantes, à commencer par les représentants de consommateurs ».

« Gouvernance sans aucune concertation, ni préparation préalable »

« Cette forme de gouvernance sans aucune concertation, ni préparation préalable, n’est pas acceptable en 2020 », juge le président de l’association de consommateurs, estimant en outre que « la seule fermeture des commerces de proximité pose un problème de saine concurrence au premier sens du terme ».

Ces restrictions ouvrent « une autoroute pour les plateformes de e-commerce, à commencer par les GAFAM, particulièrement Amazon ». Selon lui, « la traduction d’une vision des modes de distribution de demain dont les consommateurs ne veulent pas, un univers régi par quelques grands opérateurs et qui tourne le dos à l’aspiration à davantage de proximité et d’humanité ».