Se connecter S’abonner

Le déficit commercial de la France reste à un niveau « historiquement bas » au troisième trimestre 2020

Les échanges commerciaux ont repris au troisième trimestre, après le confinement de mars, même s’ils n’ont pas retrouvé leurs niveaux d’avant-crise.

marchés
Crédit : Istock.

Les douanes, qui publient les chiffres des exportations et des importations vendredi 6 novembre pour le troisième trimestre 2020, annoncent que les échanges commerciaux de la France stagnent et que le déficit est à un niveau « historiquement bas, -20,5 milliards d’euros ». Les exportations rebondissent de 29,4%, après une baisse de 28,9% au deuxième trimestre, notamment en raison de la reprise du secteur automobile, et elles ont été compensées par une hausse de 23,7% des importations, après une chute de 20,5% au trimestre précédent, relève la note publiée par la direction générale des douanes et des droits indirects.

En effet, l’automobile a enregistré une hausse des exportations de 131,9% vers les pays européens, ainsi que celles des produits aéronautiques, +80,4%, et des produits de luxe. Les ventes ont connu une augmentation également dans le secteur de l’énergie, avec +37,1%, ou encore dans les équipements mécaniques, électroniques et informatiques, avec +26,1% d’exportations. Les douanes notent une baisse des exportations de produits agricoles, -12,1%, alors qu’ils avaient mieux résisté au deuxième trimestre. Du côté des importations, ceux de produits manufacturés ont augmenté de 22% au troisième trimestre. L’achat de produits automobiles a également gonflé, de 106,1%. A noter, une baisse des importations en lien avec la crise sanitaire, soit moins d’achats de masques de protection ou encore de produits pharmaceutiques.

Les exportations ont repris en septembre

Par ailleurs, les douanes ont aussi publié les chiffres du mois de septembre. Les exportations ont repris, après une pause en août. Elles sont remontées à 88% de leur niveau moyen de 2019, et les importations sont restées stables, à 91%, ce qui fait diminuer sensiblement le déficit commercial, de deux milliards d’euros. Il « reste au niveau élevé de 5,7 milliards d’euros » en septembre.