Se connecter S’abonner

Coronavirus : les salariés reconnus « cas contacts » seront indemnisés jusqu’au 31 décembre 2020

Les salariés qui sont identifiés comme « cas contact » par l’assurance maladie seront indemnisés jusqu’à la fin de l’année, sans délai de carence et pendant toute la durée de leur isolement.

Carte vitale assurance maladie santé

Le gouvernement vient de prolonger jusqu’au 31 décembre 2020 le dispositif d’indemnisation des salariés identifiés comme « cas contact » et qui ne peuvent pas télétravailler. Ces salariés ont été contactés par l’assurance maladie dans le cadre du « contact tracing », destiné à stopper les chaînes de transmission du virus et à freiner l’épidémie. Un arrêt de travail peut s’avérer nécessaire, disponible en ligne sur le site declare.ameli.fr, d’une durée de sept jours. Le salarié sera alors indemnisé sans délai de carence, au lieu de trois jours appliqués habituellement.  

Cet arrêt débute à la date à laquelle le salarié a été contacté pour qu’il s’isole et réalise un test, après avoir été en contact avec une personne testée positive au coronavirus. L’arrêt de travail peut être rétroactif dans la limite de quatre jours pour les salariés qui se sont spontanément isolés avant que l’assurance maladie ne les contacte. A la fin de l’arrêt initial, si les résultats du test ne sont pas connus, l’employé pourra demander une prolongation dans la limite de sept jours supplémentaires, précise encore ameli.fr.

Attestation d’isolement

L’assurance maladie vérifiera que l’assuré est bien identifié comme un « cas contact » à risque avant de verser les indemnités journalières. Une attestation d’isolement, valant arrêt de travail dérogatoire, sera adressée au salarié. Celui-ci pourra la présenter à son employeur. Ce dispositif d’indemnisation s’applique aussi aux parents d’enfants « cas contact ».