Se connecter S’abonner

Mutuelle, tarifs du gaz, aides… tout ce qui change en décembre 2020

Les tarifs du gaz augmentent et il est désormais possible de résilier à tout moment sa complémentaire santé. Le point sur les changements du 1er décembre.

Epargne retraite perco perp madelin le Maire
Crédit: iStock.

À chaque 1er du mois, son lot de nouveautés pour le budget des Français. A partir de ce 1er décembre, il est désormais possible de résilier sa mutuelle sans frais et à tout moment. Cela intervient après la parution d’un décret au Journal officiel le 25 novembre dernier. Cette disposition avait fait l’objet d’une proposition de loi LREM suite à la crise des Gilets jaunes. Dès que le contrat de complémentaire santé a plus d’un an, il est donc possible d’y mettre fin sans attendre une date d’échéance ou une période de préavis de résiliation. 

+2,4% pour les prix du gaz 

Les prix du gaz augmentent pour le cinquième mois consécutif au mois de décembre. Les tarifs réglementés gonflent de 2,4%. Cela représente une hausse de 0,6% pour les clients qui utilisent le gaz pour la cuisson, de 1,4 % pour ceux qui ont un double usage, cuisson et eau chaude, et de 2,5 % pour les foyers qui se chauffent au gaz, précise la Commission de régulation de l’énergie (CRE). Cette augmentation est le résultat d’une « évolution des prix sur le marché mondial du gaz ». Depuis janvier 2019, les tarifs réglementés de gaz ont baissé de 17,2%, affirme la Commission. 

Les professionnels ne peuvent plus, quant à eux, profiter des tarifs réglementés de vente du gaz naturel à compter du 1er décembre. « Les consommateurs professionnels disposant d’un contrat aux tarifs réglementés de vente de gaz naturel et n’ayant pas souscrit une offre de marché d’ici-là basculeront automatiquement en offre de marché par défaut chez leur fournisseur historique », précise le communiqué de l’organisme.

Une aide de 20% du chiffre d’affaires pour les entreprises fermées 

Les aides aux entreprises pour faire face à la crise sanitaire et économique évoluent également en ce début décembre. Les bars, restaurants, salles de sport et boîtes de nuit, soit les entreprises qui subissent une fermeture administrative, peuvent demander une aide à hauteur de 20% du chiffre d’affaires de la même période l’année dernière. Le plafond de cette aide est de 200 000 euros, comme l’explique le site du ministère de l’Economie.

Les entreprises ouvertes, mais qui sont fortement impactées par la situation sanitaire, et qui ont vu leur chiffre d’affaires divisé par deux, peuvent quant à elles demander une aide de l’ordre de 15% du chiffre d’affaires. Il s’agit des secteurs du sport, de la culture, de l’événementiel et du tourisme. Pour toutes les entreprises en difficulté, il est possible de faire appel au fonds de solidarité et aux 10 000 euros d’aides, si le montant de l’aide en pourcentage du chiffre d’affaires est moins intéressant. 

Prime de Noël

Enfin, la prime de Noël sera bien versée cette année par la Caisse d’allocations familiales (CAF), Pôle emploi et la MSA (Sécurité sociale agricole) aux ménages recevant des minimas sociaux, entre le 11 et le 14 décembre, comme l’explique le site Dossier familial. Le montant sera de 152,45 euros pour une personne vivant seule jusqu’à 442,10 euros pour un couple avec quatre enfants. Pour la percevoir, il faut être bénéficiaires de l’allocation de solidarité spécifique (ASS), de la prime forfaitaire mensuelle de reprise d’activité, du revenu de solidarité active (RSA) ou anciens bénéficiaires de l’allocation équivalent retraite (AER).