Se connecter S’abonner

Les réformes de 2019 ont fait baisser la pauvreté en France

Les nouvelles mesures sociales et fiscales engagées en 2019 ont eu pour effet l’augmentation du niveau de vie moyen, de 250 euros en moyenne par personne par an.

riche
“virus des inégalités”. Crédit: iStock.

Les inégalités et le taux de pauvreté ont baissé en 2019 grâce aux mesures sociales et fiscales, de 0,2 point pour la pauvreté. Le niveau de vie des personnes résidant en France métropolitaine a augmenté, de 1%, selon l’Insee, qui a présenté une étude jeudi 3 décembre. Soit une augmentation de 250 euros par an et par personne en moyenne. Pour les 10% des personnes les moins aisées, l’augmentation est de 160 euros par an et par personne, soit une hausse de 1,7%. La hausse est plus marquée pour les Français au niveau de vie intermédiaire, soit 340 euros annuels par personne, et +1,5%. Pour les 10% des personnes les plus aisées en revanche, la hausse annuelle est de 30 euros.

Ces hausses des niveaux de vie sont dues aux mesures comme les baisses de la taxe d’habitation pour les ménages de niveau de vie intermédiaire ainsi que les exonérations fiscales et sociales sur les heures supplémentaires. Pour les retraités, c’est la baisse de la CSG qui a contribué à augmenter leur niveau de vie. Pour les ménages les plus modestes, la prime d’activité a été revalorisée, ce qui a augmenté les revenus moyens. Les ménages modestes avec une personne en emploi ont été favorisés par la hausse de la prime d’activité. « Dans une bien moindre mesure, la baisse de la taxe d’habitation et les revalorisations de minima sociaux à destination des personnes âgées ou handicapées font plus que compenser les gels et sous‑indexations de prestations sociales », écrit l’Insee. En revanche, pour les 10% des personnes les plus aisées, la hausse des revenus due aux mesures socio-fiscales a été compensée par la hausse des cotisations due à la fusion des régimes Agirc-Arrco.

La hausse des taxes sur le tabac pèse plus sur les ménages modestes

Dans la mesure du niveau de vie, seuls les prélèvements directs ont été pris en compte. Les taxes sur le tabac ayant augmenté en 2019, comme en 2018, « l’impact global des mesures fiscales et sociales de 2019 sur le niveau de vie de l’ensemble de la population se limite à +0,8% en année pleine et à consommation de tabac constante », précise l’Insee. La hausse des taxes sur le tabac, qui font partie des prélèvements indirects, pèse davantage sur les personnes les plus modestes en proportion de leur niveau de vie.