Se connecter S’abonner

Le plafond de défiscalisation des chèques-cadeaux double

Bercy donne un nouveau coup de pouce aux commerçants. Pour les achats des fêtes de fin d’année, le plafond de défiscalisation des chèques cadeaux passe à 342,80 euros.

Crédit: iStock.

Une nouvelle mesure a été validée le 7 décembre par le Gouvernement pour aider les commerçants touchés par la crise sanitaire. Selon Les Echos, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance, Bruno Le Maire, double le plafond de défiscalisation des chèques-cadeaux. Il passe à 342,80 euros pour les bons distribués à Noël, au lieu de 171 euros actuellement. Les entreprises qui offrent ces titres à leurs salariés pourront donc bénéficier d’une exonération de charges sociales plus importante. Le dispositif sera ponctuel, précise le quotidien. Au départ, l’exécutif avait envisagé de tripler le plafond, à 500 euros.

Pour les émetteurs de chèques-cadeaux, comme Sodexo, Groupe Up, Endered ou encore Natixis, la période de Noël est stratégique, puisqu’ils réalisent environ 70% de l’activité de ce marché de deux milliards d’euros, expliquent encore Les Echos. Les comités sociaux et économiques (CSE) des entreprises, les PME et les collectivités territoriales vont pouvoir augmenter le montant des chèques distribués à leurs employés. « Cette mesure ponctuelle est un coup de pouce pour des salariés et pour les commerçants, touchés par le confinement et pour qui la fin d’année représente une part très importante de leur chiffre d’affaires », a tweeté Bruno Le Maire.

Bercy demande un effort pour en faire profiter les petits commerces

Avec un bémol toutefois puisque Bercy n’a pas réussi à trouver les moyens de flécher les dépenses vers les petits commerces. Ce sont ces derniers qui ont le plus souffert du reconfinement. En effet, ces titres sont utilisés par 12 millions de salariés et d’agents et ils sont dépensés avant tout dans les grandes chaînes de magasins. Le ministre de l’Economie compte sur la responsabilité des émetteurs de chèques-cadeaux pour élargir leurs partenariats à plus de petits commerces. « Nous avons échangé avec les émetteurs historiques qui ont indiqué qu’ils allaient travailler pour permettre à plus de commerces de proximité de profiter également de leurs titres-cadeaux », explique Bruno Le Maire aux Echos.