Se connecter S’abonner

Entreprises : le fisc lance une alerte à la fraude

Des mails comportant le logo de la Direction générale des finances publiques (DGFiP) ont été envoyés à des entreprises afin de leur soutirer des informations. Elle appelle à la vigilance.

prélèvement à la source

Prudence ! Les entreprises sont une nouvelle fois visées par une tentative d’escroquerie. La Direction générale des finances publiques (DGFiP) a lancé l’alerte dans un communiqué, mardi 8 décembre. Elle y explique que des fraudeurs ont récemment envoyé à plusieurs sociétés des lettres et messages électroniques particulièrement trompeurs. Non seulement ils reprennent les logos du fisc et du ministère de l’Action et des Comptes publics, mais ils usurpent l’identité d’agents de l’inspection générale des finances et leurs signatures.

Dans les messages, les fraudeurs réclament les factures non payées de leurs principaux clients, français et européens, qui règlent habituellement leurs prestations par virements SEPA. De quoi ensuite tenter de se faire passer pour les entreprises et tenter de réclamer auprès de leurs clients le paiement desdites factures sur un nouveau compte bancaire.

Comment distinguer les vrais mails des faux

Pour distinguer les vrais courriels du fisc des faux, Bercy recommande d’être attentif « à tous les signes et détails qui peuvent révéler qu’il s’agit d’un message frauduleux : fautes d’orthographe ou de syntaxe, demandes d’informations détaillées sur l’entreprise ou de ses coordonnées bancaires, interlocuteur ou forme de la demande inhabituelle (adresse de messagerie très proche de l’adresse habituelle) etc. ».

Il vous est ainsi recommandé de ne pas répondre à un message qui ne proviendrait pas de l’adresse électronique du service des impôts des entreprises (SIE) dont vous dépendez, et dont les coordonnées figurent sur vos avis d’impôt ou la page contact de la DGFiP.

Ne pas céder à la pression

D’une manière générale, Bercy conseille de ne jamais divulguer à l’extérieur des informations sur l’organisation de l’entreprise, de bloquer les coordonnées bancaires frauduleuses ou encore de ne pas céder à la pression et à l’urgence invoquée.