Se connecter S’abonner

Consommation : les Français restent inquiets en raison de la crise sanitaire

Les consommateurs français étaient dans la même situation au mois de novembre que lors du premier confinement. Selon une étude, 32% se disent inquiets dans un contexte de crise sanitaire.

consommation
Crédit: iStock.

Le contexte n’est pas facile pour beaucoup de Français, même si le deuxième confinement n’a pas beaucoup changé leur situation. En effet, six consommateurs sur dix disent être au même point que lors du premier confinement, selon une étude de ShopAdvizor, application d’avis de consommateurs. Le sondage a été mené du 14 au 16 novembre auprès de 1.500 personnes. Plus de la moitié vit le nouveau confinement de la même manière que le premier (54% des personnes interrogées). Si 24% le vivent mieux, 22% disent le vivre moins bien et 32% se disent même inquiets. De plus, 17% affirment s’ennuyer, selon cette étude, et 5% seulement se déclarent optimistes. Par ailleurs, les Français prennent des précautions pour les fêtes de fin d’année, avant même les annonces du gouvernement sur le déconfinement à partir du 15 décembre : 44% disent avoir déjà décidé de passer les fêtes avec leur famille la plus proche, ou en comité très restreint.

Contrairement au premier confinement, les grandes surfaces auraient réglé leurs problèmes de stock. Ainsi, 44% des personnes interrogées par ShopAdvizor déclaraient avoir eu des problèmes d’absence de stocks, contre seulement 20% d’entre elles lors de ce deuxième confinement. Elles sont 71% à affirmer n’avoir eu aucun problème d’achat, alors qu’elles n’étaient que 32% au printemps dernier. Le comportement des consommateurs a changé, puisque la fréquence des achats augmente alors que leur volume se réduit. Cela signifie que les consommateurs ne constituent pas de stock de produits, comme lors du premier confinement.

Pas plus d’achats en ligne

Le commerce en ligne n’aurait pas plus séduit lors de ce dernier confinement sur le secteur de la grande distribution : 41% des sondés ont effectué des achats en ligne comme au printemps dernier, seulement 11% en ont effectué plus. Par ailleurs, 44% des personnes interrogées n’ont jamais acheté en ligne. Pour les afficionados du e-commerce, c’est le drive qui est le plus choisi, soit 33% des sondés.