Se connecter S’abonner

Banques : les tarifs vont baisser le 1er janvier 2021

Les tarifs des banques vont reculer dès le 1er janvier 2021, de 0,65% en moyenne selon un comparateur en ligne.

Banques néobanques acpr distributeur dab
Crédit: iStock.

C’est une bonne nouvelle pour 2021 : en moyenne, les tarifs proposés par les banques vont reculer, de 0,65% au 1er janvier 2021, selon le comparateur Meilleurebanque.com pour le journal Le Monde. Face à la concurrence des banques en ligne et des néobanques, les établissements traditionnels proposent des packages à prix serrés, notamment le Crédit Agricole, la Banque Populaire ou encore Caisse d’épargne. Le comparateur a étudié six profils de clients (jeune inactif de 20 ans, jeune actif de 23 ans, employé de 40 ans, cadre de 40 ans, cadre supérieur de 40 ans et senior de 65 ans) avec des services divers pour chacun. Le prix annuel moyen déboursé par ces profils est de 152,45 euros, au 1er janvier 2021, sur 160 établissements étudiés. Les moins chers de l’enquête sont de loin les banques digitales, relève Le Monde : Boursorama Banque et Fortuneo sont dans le top 3 pour la plupart des profils. Le Crédit Agricole est parmi les trois banques de réseau les moins chères sur les six profils et la Banque Postale sur cinq profils.

La carte bancaire est le service qui coûte le plus cher. Les néobanques et banques en ligne proposent gratuitement la carte à autorisation systématique, et sans conditions de revenus. Pour les réseaux, le coût moyen compris est de 35,92 euros, en hausse de 4,29% selon Le Monde. Certaines banques ont augmenté leurs prix pour cette carte bancaire, notamment le groupe Banque Populaire qui propose cette carte à 40,49 euros, soit une augmentation de plus de 16% sur un an. Concernant les autres cartes, les prix évoluent peu. La carte bancaire classique coûte 44 euros en moyenne, une hausse de 0,63% sur un an pour le débit immédiat et de 0,13% pour le débit différé. Concernant les Visa Premier et Gold Mastercard, elles sont facturées en moyenne à 128 euros et ont aussi légèrement augmenté, de 0,56% pour le débit immédiat et de 0,36% pour le débit différé, note encore le quotidien.

Boursorama et Fortuneo sur le podium

Ainsi, les trois banques les moins chères pour un jeune de 20 ans sans emploi sont sans surprise, Boursorama Banque et Fortuneo, ainsi qu’Axa Banque, selon cette étude de Meilleurebanque.com pour Le Monde, avec un coût par an inférieur à un euro pour les deux premiers (0,9 euro) et de 34,5 euros pour le troisième. Concernant les banques de réseau, le Crédit Agricole arrive premier, à 45,4 euros par an, suivi de BNP Paribas, 53,1 euros, et de Banque Populaire à 54,1 euros. La Banque Postale est à 59,7 euros et les autres banques suivantes (dans l’ordre, Caisse d’épargne, Société Générale, Crédit Mutuel, LCL) affichent des tarifs compris entre 63,5 euros et 65,4 euros. Le Groupe Crédit du Nord est bien plus cher pour ce profil, 118,5 euros par an.

Les deux banques les moins chères pour le jeune actif de 23 ans est encore une fois Boursorama Banque et Fortuneo avec des coûts annuels respectifs de 14,6 euros et 20,8 euros. Troisième du classement, BforBank, à 34,6 euros. Le Crédit Agricole est aussi en tête des banques de réseau les moins chères pour ce profil, 76,5 euros par an. Viennent ensuite la Banque Postale et la Banque Populaire, à 84,5 euros et 95,2 euros. Caisse d’épargne et BNP Paribas suivent de près (95,5 euros et 95,8 euros). LCL est la plus chère, à 126,7 euros. Même trio de tête pour le cadre de 40 ans : Boursorama Banque (15,6 euros), Fortuneo (21,7 euros) et BforBank (47,3 euros). En revanche c’est la Banque Postale qui rafle la mise pour les établissements de réseau, avec 203,9 euros annuels. Le Crédit Agricole arrive deuxième, à 214,9 euros, suivi par le Groupe Crédit du Nord à 228,3 euros. Les coûts sont très proches pour Caisse d’épargne, Banque Populaire, Crédit Mutuel, Société Générale et LCL, compris entre 229,2 euros et 237,6 euros. BNP Paribas est la banque la plus chère avec 257,6 euros pour ce profil de cadre de 40 ans.

Le cadre supérieur de 40 ans paiera aussi l’offre la moins chère chez Boursorama Banque, 11,9 euros, et Fortuneo, 18 euros. Il paiera 50 euros chez ING. Du côté des banques de réseau, c’est le Groupe Crédit du Nord qui est le plus avantageux pour ce profil, à 223 euros, suivi de près par la Banque Postale à 224,9 euros et le Crédit Agricole à 228,8 euros. Les tarifs sont ensuite compris entre 246,3 euros et 283,5 euros pour Crédit Mutuel, Banque Populaire, Caisse d’épargne, Société Générale, LCL et BNP Paribas qui est donc la plus chère. L’employé de 40 ans lui aussi peut souscrire l’offre la moins chère auprès de l’acteur digital Boursorama Banque pour 4,9 euros par an. C’est Orange Bank qui arrive deuxième pour ce profil, à 5,3 euros, suivi d’ING à 18,3 euros. LCL arrive en tête des banques de réseau les moins chères, 101,9 euros, suivi par la Banque Postale à 102 euros et le Crédit Agricole, 111,3 euros. Les tarifs oscillent ensuite entre 113,4 euros et 141,4 pour la Caisse d’épargne, le Crédit mutuel, BNP Paribas, Banque Populaire, Société Générale et Groupe Crédit du Nord.

Crédit Agricole, banque la moins chère pour les seniors

Enfin, le senior de 65 ans est un profil à part. Pas de banque digitale pour lui mais trois succursales de réseaux : le Crédit Agricole de Provence Côte d’Azur est la banque la moins chère avec des frais de 129,9 euros par an. Le CA Aquitaine arrive deuxième à 132,9 euros par an et le CA Toulouse et Midi-Toulousain est troisième à 135,5 euros par an. Le Crédit Agricole est donc la banque la moins chère pour les seniors, avec des coûts moyens de 147,8 euros par an. La Banque Postale arrive ensuite à 149 euros par an, suivie par BNP Paribas à 168,3 euros par an. Société générale et Crédit mutuel affichent des prix fixés à 169 euros par an. Caisse d’épargne, LCL, Groupe Crédit du Nord et Banque Populaire pratiquent des tarifs compris entre 173 euros et 190,4 euros par an.