Se connecter S’abonner

Impôts, amendes… le paiement en espèces chez les buralistes séduit les Français

Il est possible, depuis le 28 juillet 2020, d’effectuer le paiement en espèces de ses impôts ou factures du quotidien et amendes chez les buralistes du réseau de la Française des Jeux (FDJ). Fin novembre, environ 280.000 opérations avaient été effectuées en France, pour un total de 28 millions d’euros.

Le système fonctionne et se développe. Malgré l’épidémie de coronavirus, qui a favorisé le paiement sans contact et en ligne, le paiement en espèces au bureau de tabac des impôts, amendes et autres factures du quotidien comme la cantine, les frais hospitaliers ou la crèche semble plaire aux Français. D’après Le Parisien, six mois à peine après son lancement, le dispositif s’est étoffé. « Le réseau a pu justifier son maillage territorial — 24.000 buralistes — avec 8.500 points de règlement des factures du quotidien activés pour 4.600 communes couvertes au 30 novembre », confirme la Confédération des buralistes au quotidien. Initialement, seuls 5.100 buralistes répartis dans 3.400 communes proposaient ce nouveau service.

A la fin du mois de novembre, pas moins de 280.000 règlements représentant un montant total de 28 millions avaient été réalisés dans des bureaux de tabac du réseau de la Française des Jeux (FDJ). Le buraliste utilise, en effet, l’appareil de la Française des jeux pour scanner le QR code figurant sur la facture ou l’avis d’imposition. Il servira aussi à émettre un reçu.

1,50 euro par encaissement pour les buralistes

Dans la pratique, l’encaissement moyen est à 100 euros. Et 48% des usagers ont eu recours au nouveau dispositif de paiement en espèces pour régler leur taxe d’habitation ou foncière, note Le Parisien.

Pour mémoire, il est possible de régler une somme dont le montant maximum est de 300 euros, exception faite des factures de la vie quotidienne pour lesquelles aucun plafond n’a été fixé. Et la carte bancaire peut également être utilisée. Ce dispositif a été rendu possible grâce à un partenariat signé entre la direction générale des Finances publiques et les buralistes, qui sont rémunérés en échange. Ils touchent 1,50 euro par encaissement.