Se connecter S’abonner

Crise économique : « le plus difficile est devant nous », selon Bruno Le Maire

Le ministre de l’Économie a détaillé sa vision de l’année 2021 et les mesures envisagées, lors d’une conférence virtuelle avec l’Institut Montaigne, jeudi 7 janvier.

déficit public
Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA/1903201500

« Je ne partage pas l’analyse de ceux qui pensent qu’après une année 2020 catastrophique, 2021 sera fantastique. Je crois que le plus difficile est devant nous », déclare Bruno Le Maire, lors d’une conférence virtuelle pour le think tank l’Institut Montaigne, jeudi 7 janvier. Le ministre de l’Économie craint une multiplication des plans sociaux, des faillites et une augmentation du chômage face à « un virus qui persiste et qui mute »

Malgré ces inquiétudes, Bruno Le Maire a de l’espoir pour un redressement économique cette année, après un premier semestre difficile, notamment grâce au vaccin, détaille Le Figaro. Pour éviter les défaillances d’entreprises, le chef de Bercy se dit à prêt à prolonger et renforcer les aides aux secteurs en difficulté, notamment la restauration, l’hôtellerie, les loisirs ou encore la culture. « Nous mettrons l’argent nécessaire, je suis prêt à regarder comment améliorer le dispositif pour les grandes structures », précise-t-il. 

Report des remboursements des prêts garantis par l’Etat 

Parmi les mesures évoquées, Bercy envisage une aide à hauteur de 3 millions d’euros pour le paiement des frais fixes des entreprises fermées. Bruno Le Maire veut également négocier le report d’un an des remboursements des premières échéances des prêts garantis par l’Etat, les portant à mars 2022. Le ministre se dit également prêt à augmenter les garanties publiques, en fonction de la demande des entreprises. 

Le ministre de l’Économie met l’accent sur les investissements et les aides aux entreprises. « Le problème de la France n’est pas un problème de demande, mais de qualité de l’offre, d’investissements et d’innovation », explique-t-il. Sa priorité : « améliorer la qualité des produits français ». Bruno Le Maire se réjouit ainsi de l’engouement sur la digitalisation des PME, engagé il y a quelques mois et met en avant le dispositif des prêts participatifs. 

Pas de hausse d’impôts 

Au-delà des mesures d’aides pour faire face à la pandémie de coronavirus, le ministre de l’Économie n’en oublie pas pour autant son objectif d’équilibre des finances publiques, qui sera à l’ordre du jour « quand la crise sera derrière nous »« Faire la relance en même temps que le rétablissement des comptes publics nous mènerait dans le mur », avance-t-il. Pour autant, Bruno Le Maire le répète, « il n’y aura pas de hausse d’impôts »