Se connecter S’abonner

Chauffage au fioul : des exceptions seront prévues si le remplacement du système est impossible

Le décret d’interdiction des chaudières au fioul, prévue le 1erjanvier 2022, est soumis à la consultation publique à partir du jeudi 14 janvier 2021. Des exceptions seront prévues, selon le gouvernement.

Crédit: iStock.

Il n’y aura plus de nouvelles chaudières au fioul installées à partir du 1er janvier 2022. Le gouvernement est ferme sur ce point, alors que le décret d’interdiction est soumis à la consultation publique dès ce jeudi 14 janvier 2021. L’objectif est de remplacer, d’ici à 2029, la quasi-totalité des chaudières pour des modèles moins polluants. En effet, « le chauffage au fioul d’une maison moyenne de 100 mètres carrés pendant un an représente 50.000 km en voiture », précise le ministère du Logement.

Cependant, des exceptions seront prévues pour les foyers qui ne peuvent changer de système de chauffage, pour des raisons techniques. « Cela peut susciter une discussion sur les types de cas et provoquer des mouvements à la marge avant la parution définitive du décret au printemps », indique la ministre chargée du Logement, Emmanuelle Wargon, dans une interview au Parisien. Concernant les logements neufs, l’interdiction des chaudières à fioul sera effective dès le 1er juillet 2021.

Les exceptions concernent par exemple les foyers situés dans des communes où il n’y a pas de gaz de ville, « ce qui empêche d’installer une chaudière à gaz », ou lorsque l’apport en électricité « est insuffisant pour une pompe à chaleur », indique Emmanuelle Wargon. Les pompes à chaleur hybrides et les chaudières à bûches ou granulés peuvent en revanche « être installées quasi partout », selon la ministre. « Dans certains cas très particuliers de maisons de ville ou d’immeubles collectifs où il n’y aurait pas assez d’espace, on pourra constater qu’il n’y a pas d’alternative. Mais cela reste très marginal », ajoute-t-elle dans Le Parisien. Des contrôles seront effectués par les services du ministère du Logement. Selon les données du Centre d’études et de recherches économiques sur l’énergie (CEREN), 3,5 millions de logements étaient chauffés au fioul en 2018, dont 85% étaient des maisons individuelles.

« Coups de pouce chauffage » et aides du gouvernement

Le chauffage au fioul coûte plus cher que les autres systèmes de chauffage. En effet, il faut débourser entre 1.500 euros et 3.000 euros par an, alors qu’une pompe à chaleur coûte 500 à 1.000 euros, et qu’une chaudière à granulés coûte 750 à 1.500 euros, ainsi qu’une chaudière à gaz, selon le gouvernement. L’investissement vaut le coup, surtout qu’il existe de nombreuses aides pour changer de chauffage, notamment les « coups de pouce chauffage et isolation » proposés depuis début 2019 et qui octroient des primes aux ménages en fonction de leurs revenus.