Se connecter S’abonner

La précarité énergétique va s’aggraver

Le phénomène concerne 3,5 millions des ménages modestes, et devrait s’aggraver avec le contexte de crise sanitaire.

précarité énergétique

La précarité énergétique a légèrement baissé en 2019 : elle concernait alors 11,9% des Français, et 30% des plus pauvres, selon le bilan annuel de l’Observatoire national de la précarité énergétique (ONPE), publié jeudi 14 janvier 2021. En 2018, seuls 12,1% de Français étaient concernés. Ce résultat un peu moins mauvais en 2019 s’explique par des températures plus douces en hiver, et l’envoi de chèques énergie à 5,7 millions de ménages. Toutefois, au moins 3,5 millions de ménages modestes connaissent des problèmes pour payer leurs factures d’énergie en France. Un chiffre qui devrait s’aggraver, selon l’ONPE, en raison de la crise économique liée à la pandémie de Covid-19. « Garder son logement implique pour ces ménages des arbitrages, des renoncements, des privations, et un recours croissant aux aides d’urgence pour éviter l’endettement, les coupures d’énergie et les expulsions », estime le président de l’ONPE, Arnaud Leroy.

De plus, en 2019, « 671.546 ménages ont subi une intervention d’un fournisseur d’énergie » en raison d’impayés. Ce chiffre est en augmentation de 17 % par rapport à 2018. Plus de la moitié des foyers, soit 53%, ont restreint leurs consommations d’énergie pour limiter leur dépense. Autre constat, l’augmentation des ménages qui ont souffert du froid, soit 14% des ménages l’hiver dernier (2019-2020), en particulier les 18-34 ans. Certains évoquent une mauvaise isolation comme raison de l’inconfort (41% d’entre eux), d’autres (31%) ont baissé le chauffage pour limiter les dépenses. L’énergie reste un sujet de préoccupation majeur pour les Français : 80% d’entre eux en 2020, « soit la proportion la plus élevée depuis la création du baromètre (Info-Energie 2020 du Médiateur national de l’énergie) en 2007 », précise l’ONPE, « après une légère atténuation entre 2013 et 2018 ».

18% des ménages ont rencontré des difficultés de paiement en 2020

Pour Arnaud Leroy, il est indispensable de « trouver des modes d’intervention plus adaptés à ces situations afin d’amortir cette crise économique et sanitaire qui fragilise d’abord les populations les plus précaires et risque de les faire basculer dans des situations de grande pauvreté ». En 2013, 10% des ménages rencontraient des difficultés de paiement de l’énergie. Ils étaient 18% en 2020 selon l’ONPE.