Se connecter S’abonner

Dette des entreprises : la Caisse des dépôts reste confiante

La dette des entreprises ne pose pas encore problème selon le directeur général de la CDC, Eric Lombard, qui n’appelle pas à un nouveau plan de relance de l’économie.

entreprises

Mieux vaut une économie endettée qu’une économie amputée. Dans les colonnes des Echos, mercredi 20 janvier, le directeur général de la Caisse des dépôts, Eric, Lombard pense que le volume d’endettement des entreprises reste, pour le moment, raisonnable. « Je préfère une économie endettée mais qui a les moyens de repartir plutôt qu’une économie amputée de 20 % de ses entreprises qui n’auraient pas eu les moyens de passer la crise. Dans une entreprise qui se porte bien, qui a des perspectives, une dette ça se gère », explique-t-il.

Eric Lombard note aussi que, pour le moment, un nouveau plan de relance n’est pas nécessaire, qu’il faut « déjà engager les sommes prévues, aux niveaux français comme européen ». Lors de la sortie de crise, « la reprise pourra être très vigoureuse (…). En attendant, il est sage de prolonger les dispositifs d’aides existants », estime-t-il. La Caisse des dépôts doit investir 26 milliards d’euros, dans le cadre du plan de relance, et 70 milliards d’euros de prêts provenant des fonds d’épargne doivent être engagés sur les cinq prochaines années.

Financer des équipements publics

Alors que la Caisse des dépôts a annoncé ce mercredi que la collecte nette du Livret A en 2020 (26,39 milliards d’euros) a été deux fois plus importante que celle en 2019, Eric Lombard rappelle que ce phénomène « est lié à l’impossibilité de consommer, et tant que la crise sanitaire perdurera, l’épargne sera abondante ». Le directeur général indique également que ces fonds d’épargne, destinés à financer la construction de logements sociaux, peuvent désormais être utilisés pour construire d’autres équipements publics comme les écoles. « J’en appelle aux élus pour qu’ils nous fassent passer leurs projets », déclare-t-il.