Se connecter S’abonner

Automobile : le marché français reste fragile en janvier

Le marché automobile français a baissé de 5,85% au mois de janvier, toujours affecté par la crise sanitaire du Covid-19, selon les chiffres publiés lundi 1er février par le Comité des constructeurs d’automobiles (CCFA).

Automobile
Les marques françaises sont particulièrement touchées par la crise. ©Istock

Avec 126.381 immatriculations, le marché français automobile des voitures particulières neuves recule par rapport à un mois de janvier 2020 déjà mauvais, et qui comptait deux jours ouvrés de plus. « Il n’y a pas de révolution, on est encore dans un marché très fragile, a analysé François Roudier, du Comité des constructeurs d’automobiles (CCFA). L’année 2021 commence de façon très délicate, liée aux précautions sanitaires. Les ventes vont dépendre d’un éventuel reconfinement. » Les marques françaises sont particulièrement touchées avec une baisse de 10,88% pour Peugeot sur un an (26.063 véhicules vendus en janvier), 20,95% pour Renault (18.881) et 21,24% pour Citroën (12.314). 

Dans ce contexte marqué par la crise sanitaire du Covid-19, Dacia, une marque du groupe Renault, fait figure d’exception. Elle connaît cependant un excellent mois de janvier (+95,1% à 11.417 véhicules) avec la livraison de sa nouvelle Sandero. Du côté des marques étrangères, le mois de janvier a été contrasté. Le groupe Volkswagen est en hausse (+5,20%) tout comme le groupe BMW (+1,95%) tandis que le groupe Toyota accuse une baisse de 8,29%. Ford progresse de 10,88%, tandis que Fiat Chrysler recule de 18,40%.

Le bonus écologique prolongé

Pour mémoire, l’année 2020 a été particulièrement mauvaise pour le secteur automobile. Le marché s’est effondré, avec 25,5% de voitures en circulation en moins qu’en 2019. Toutefois, les voitures hybrides et électriques neuves ont connu un grand succès. Elles ont représenté 21,5% des immatriculations totales, chiffrait le CCFA, le 1er janvier dernier. Leurs ventes ont été stimulées par les aides gouvernementales à l’achat et le développement des gammes des constructeurs français.

Ce phénomène pourrait perdurer, dans la mesure où le gouvernement a choisi de prolonger en l’état le bonus écologique, en raison notamment du second confinement, indique un décret du 7 décembre. Alors qu’il devait le réduire de 1.000 euros dès le 1er janvier 2021, il le conserve tel quel jusqu’au mois de juin prochain.