Se connecter S’abonner

Le Covid-19 modifie les habitudes de consommation des ménages

Selon le baromètre Odoxa réalisé pour BFM Business, Challenges et Aviva, près d’un Français sur deux consomme davantage sur Internet qu’en magasin.

déficit commercial
Crédit: iStock.

L’urgence de la crise sanitaire et économique préoccupe les Français. A plus long terme, elle semble avoir un impact durable sur les habitudes de consommation des ménages. Selon le baromètre Odoxa réalisé pour BFM Business, Challenges et Aviva, publié jeudi 4 février 2021, ces derniers se tourneraient davantage vers les achats en ligne. En effet, près d’un Français sur 2 assure consommer davantage sur Internet plutôt qu’en magasin. Cette tendance est encore plus visible chez les jeunes, qui sont 56% à privilégier le e-commerce.

La livraison à domicile est également davantage sollicitée. L’étude indique en effet que près de 4 Français sur 10 (37%) y ont recours. Autre changement dans les habitudes de consommation : la part du budget des ménages destinée au bricolage et à l’entretien de la maison, qui a augmenté pour 36% des sondés. Le confinement a en effet donné du temps aux Français pour se consacrer à leur intérieur. Le télétravail a, quant à lui, accru le besoin des ménages d’améliorer leur habitat. Aujourd’hui, un Français sur 4 pratique le travail à distance. Parmi les cadres, le chiffre monte à 74%, note l’étude.

Boom du e-commerce

Cet intérêt pour la vente ligne se vérifie dans les résultats du secteur du e-commerce, qu’il s’agisse de vente de produits ou de services. D’après les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (Fevad), publiés jeudi 4 février, le secteur a atteint 112 milliards d’euros en 2020, en hausse de 8,5% sur un an. Une croissance tirée par la hausse des ventes de produits sur Internet estimée à + 32%. Les services, eux affichent une baisse de 10% en raison de la mise à l’arrêt de certains loisirs et du tourisme. Le e-commerce représente aujourd’hui 13,4% du commerce de détail, tandis qu’il n’atteignait pas les 10% en 2019, observe la Fevad.

Le coronavirus a également modifié les habitudes des épargnants. Un Français sur cinq, soit près de la moitié des épargnants actifs, a modifié sa stratégie d’épargne en se tournant vers des placements plus dynamiques, note le baromètre Odoxa. Et si l’épargne a été massivement plébiscitée par les Français en 2020, 65% des Français prévoient encore de réduire leur consommation pour épargner davantage en 2021.