Se connecter S’abonner

Prime exceptionnelle : 130.000 personnes attendent encore son versement

L’aide exceptionnelle de 900 euros par mois destinée aux travailleurs précaires n’a pas été entièrement versée. Ils sont encore 130.000 à attendre le virement par Pôle Emploi, lundi 8 février.

chèque énergie
Crédit: iStock.

En tout, 450.000 travailleurs précaires vont recevoir la prime exceptionnelle allant jusqu’à 900 euros, annoncée par le gouvernement en novembre dernier. Mais, pour l’instant, 320.000 personnes ont fait l’objet d’un ordre de virement par Pôle Emploi, selon Le Parisien. Cela signifie que 130.000 personnes attendent toujours, lundi 8 février, cette « prime Covid ». Déjà, son versement avait pris du retard, car il était prévu le 15 janvier, puis décalé au 5 février. Cette aide est destinée aux « permittents » : travailleurs saisonniers, de la restauration, ou encore de l’événementiel, indemnisés par Pôle Emploi et qui n’ont pu recharger leurs droits en raison de la crise sanitaire.

Pôle Emploi devrait envoyer un courrier en ce début de semaine aux personnes concernées, pour demander des pièces administratives à fournir (attestation employeur), précise encore le quotidien. Il s’agit de savoir s’ils sont éligibles à recevoir cette aide exceptionnelle. La direction indique que ces dossiers doivent être traités « manuellement » et elle incite les travailleurs concernés à contacter leur conseiller. Cette aide a été accordée automatiquement et rétroactivement au titre des mois de novembre et décembre, puis pour les mois de janvier et de février, ce qui a rendu le processus complexe. Pour éviter les recours en cas de trop-perçus, l’agence préfère rester prudente.

Six mois de travail en 2019

Cette aide a été élargie en raison des demandes des syndicats FO et CFDT, car les conditions étaient trop restrictives au départ. Dans la première version, elle touchait 400.000 précaires, selon Le Parisien, car les personnes devaient avoir travaillé huit mois en 2019 pour en bénéficier. Finalement, elles doivent avoir travaillé six mois, ce qui a permis de faire entrer 50.000 personnes de plus dans le dispositif.