Se connecter S’abonner

PGE : 5 à 6% des entreprises auront du mal à rembourser

Laurent Mignon, le président du directoire du Groupe BPCE, était sur le plateau de BFMTV vendredi 12 février. Selon lui, 5 et 6% des entreprises auront du mal à rembourser leur prêt garanti par l’Etat (PGE).

PGE
©Istock

Pour certaines entreprises françaises, la souscription à un prêt garanti par l’Etat (PGE) n’a pas suffi à les sortir de la crise provoquée par la pandémie de Covid-19. Laurent Mignon est formel. Sur le plateau de BFMTV vendredi 12 février, le président du directoire du Groupe BPCE a estimé que 5 à 6% des sociétés ayant opté pour cette main tendue par le gouvernement rencontreront des difficultés pour rembourser leur emprunt. Alors que son groupe a prêté 31 milliards d’euros aux entreprises, sous la forme de PGE, près de 50% d’entre elles ont déjà demandé un moratoire d’un an sur leurs échéances.

« 60% de l’argent qu’on a distribué en PGE est encore sur les comptes des clients, donc ils ont une marge de manœuvre », a précisé Laurent Mignon. Cette réserve témoigne selon lui de la prudence des entreprises, en raison de l’incertitude qui prédomine un an après le début de la pandémie. Elles « ne savent pas exactement combien de temps cette crise va durer », a-t-il ajouté.

Les grandes entreprises autorisées à verser des dividendes

Le président du directoire du Groupe BPCE affirme que la sortie de crise passe par le fait « d’avoir une économie ». Les entreprises devront être « capables d’investir demain, pour avoir les conditions d’une croissance forte après la sortie du Covid ».

Certaines semblent déjà se porter mieux. En janvier dernier, les grandes entreprises qui avaient pu souscrire à un PGE en 2020 ont été autorisées à verser des dividendes à leurs actionnaires en 2021. En revanche, celles qui en bénéficieront en 2021 ne devront pas en verser cette année.