Se connecter S’abonner

Forfaits mobiles : des hausses de prix soudaines jusqu’à 80%

Les opérateurs mobiles multiplient les hausses de forfaits, en toute légalité.

forfait
Crédit: iStock.

Si vous vous êtes engagé pour un forfait mobile il y a quelques mois, pensant que le prix allait rester le même pendant des années, détrompez-vous. Depuis quelques mois, sites spécialisés et associations de consommateurs repèrent des annonces d’augmentations soudaines de la part des opérateurs mobiles. Face à ces factures qui augmentent, les clients n’ont pas de recours. 

Aucun recours pour les clients 

À la fin de l’année 2020, les clients de Red par SFR ont eu la mauvaise surprise de voir leurs forfaits augmenter de 3 euros par mois, passant pour certains de 5 à 8 euros. Avec son offre Open 10, Orange a, de son côté, gonflé les factures de 2 euros par mois. Bouygues Télécom fait de même, pour les clients de B&You. Ces derniers ont ainsi reçu un e-mail indiquant que leur forfait allait augmenter de 3 à 4 euros, soit des « augmentations brutales de 60 ou 80% », dénonce l’UFC-Que choisir

Parfois, les opérateurs font passer ces annonces pour des offres, en ajoutant par exemple quelque Go d’internet au forfait. Mais pour l’association de consommateurs, il s’agit surtout de faire monter les prix de forfaits qu’ils n’estiment pas assez rentables. Face à ces hausses, les clients ne peuvent rien faire. 

Des augmentations autorisées par la loi

Les opérateurs agissent, en effet, en toute légalité. Selon le Code de la consommation, ils peuvent changer leurs prix, tant qu’ils préviennent les abonnés au moins trente jours avant. Il faut également laisser le choix aux clients soit de refuser le forfait, soit de résilier sans frais pendant les quatre mois suivant l’augmentation. 

Beaucoup d’usagers se sentent lésés face à ces gonflements de tarifs, d’autant plus que certains pensaient bénéficier d’un forfait « à vie ». Cette expression prête à confusion, car elle n’est jamais explicitement utilisée par les opérateurs eux-mêmes, mais souvent par des intermédiaires, dans le but de vendre ces offres et de récupérer une commission.