Se connecter S’abonner

Une taxe Covid pour rembourser la dette ? Le patron de Carrefour s’y oppose

L’idée de mettre à contribution les entreprises gagnantes de la crise trouve de l’écho dans le débat public. Le PDG de Carrefour, Alexandre Bompard, est contre.

Carrefour foire aux vins supermarché
Crédit: iStock.

Impliquer les plus riches et les gagnants de la crise pour éponger le coût de la pandémie de Covid-19 est une idée qui trouve de l’écho, notamment au sein de la gauche. Certains élus évoquent la solution d’une contribution exceptionnelle, à l’instar d’Olivier Faure, premier secrétaire du Parti socialiste, qui a parlé dans Le Monde, début février, d’une « taxation des bénéficiaires de la crise que sont les GAFA et la grande distribution ». Une idée qu’a rejeté le PDG de Carrefour lundi 22 février sur BFMTV, même si Alexandre Bompard a reconnu que la grande distribution faisait partie des secteurs ayant engrangé des résultats solides en 2020. Cette proposition « me gêne un peu parce que la mobilisation au quotidien des équipes depuis un an est exceptionnelle », a déclaré le patron de l’enseigne.

Alexandre Bompard a précisé que Carrefour payait « 1,7 milliard d’euros d’impôt » en France et a affirmé qu’il faudrait déjà analyser « tout ce que nous payons et vous verrez que c’est extraordinairement impressionnant ». « Si j’étais parlementaire, ce qui m’intéresserait, c’est l’équité fiscale » a déclaré le PDG de Carrefour sur BFMTV, plutôt que de s’attaquer aux groupes français. « Est-ce qu’à activité égale et à résultat égal, Carrefour paye autant qu’Amazon ? Non, Carrefour paye beaucoup plus », s’est-il défendu.

Carrefour paie plus d’impôts en France

Alexandre Bompard s’est même dit « choqué » par cette idée, trouvant le concept « malvenu après l’année qu’on vient de passer », parce que Carrefour paie déjà plus d’impôt en France que dans la plupart des pays où le groupe est présent, selon lui. « Cette notion d’équité fiscale qui est le cœur même de la règle fiscale n’est pas du tout assurée dans notre métier », a conclu le patron de Carrefour.