Se connecter S’abonner

Consommation : dépenser « quelques centimes de plus » pour mieux manger

L’ancien PDG de Système U, Serge Papin, aujourd’hui médiateur auprès du ministère de l’Agriculture, estime qu’il faut que les clients consomment mieux, quitte à dépenser un tout petit peu plus.

consommation
Crédit: iStock.

Les consommateurs ont un rôle à jouer autour des négociations sur les prix de l’alimentation, entre la grande distribution, les producteurs et les industriels. C’est en tout cas ce que pense Serge Papin, ancien PDG de Système U, aujourd’hui chargé de faire le médiateur auprès du ministère de l’Agriculture dans les négociations commerciales annuelles. Elles se concluent le 1er mars et un accord semble lointain, selon Europe 1. « A vouloir le prix à tout prix, on va en payer le prix parce qu’on détruit la qualité », a expliqué mardi 23 février Serge Papin à la radio. « Les auditeurs doivent comprendre qu’il faut qu’on aille vers du mieux », a ajouté le médiateur. Selon lui, les consommateurs doivent aussi faire un effort et payer un peu plus cher leurs courses pour mieux consommer, car les distributeurs doivent de leur côté mieux payer les producteurs.

 « Je vais prendre un exemple concret : pour que la filière bovine puisse bénéficier d’un prix payé par les acheteurs de 4,50 euros la viande en carcasse au lieu de 3,50 euros, l’augmentation au niveau du consommateur, c’est 4 centimes d’euro pour une portion de steak de 150 grammes », a-t-il expliqué sur Europe 1. Pour lui, il ne s’agit pas de consommer plus, mais de consommer mieux, « des produits de meilleure qualité », qui respectent l’environnement et la santé, « qu’on puisse accepter quelques centimes de plus, sur des produits qui le méritent. Il ne faut pas avoir peur de poser cette question », a encore développé l’ancien patron de Système U.

Cuisiner pour payer moins cher

Autre souhait de Serge Papin, que les consommateurs cuisinent plus, car selon lui, ce sont les produits transformés qui coûtent le plus cher. « J’encourage à acheter des produits bruts ou de première transformation. On peut avoir aussi des économies de ce côté-là », a expliqué à la radio le médiateur auprès du ministère de l’Agriculture. Un peu plus de pédagogie auprès des consommateurs serait une bonne solution « pour leur dire de revenir à des valeurs autour des achats ».