Se connecter S’abonner

Aéronautique : retour à la normale prévu en 2024 pour les compagnies aériennes

L’activité des compagnies aériennes ne va pas retrouver son niveau de 2019 avant trois ans selon le cabinet Archery Strategy.

Crédit : NICOLAS MESSYASZ/SIPA.

Le trafic aérien ne devrait pas complètement retrouver ses niveaux de 2019 avant l’année 2024. Les prévisions du cabinet de conseil Archery Strategy, publiées le 4 mars, reportent le retour à la normale de 12 mois par rapport aux précédentes prévisions, selon Le Monde. Cette reprise se fera en fonction de « l’apparition de nouvelles vagues (du Covid-19) et de la dynamique de vaccination », précise le cabinet. La circulation des avions ne devrait pas reprendre avant l’été, selon l’Association internationale du transport aérien (IATA), qui avait évoqué cette date fin février. Pour l’instant, le trafic des vols domestiques est inférieur à 60% par rapport à 2019 et celui des vols internationaux a baissé de 80%. Archery Strategy ajoute que le retour à la normale sera différent selon les acteurs du transport aérien.

En effet, le secteur du court et du moyen-courrier repartirait en premier, et plus rapidement que les autres. Les compagnies à bas coûts devraient donc connaître un retour d’activité plus fort que leurs concurrentes. Easyjet, Transavia ou encore Ryanair dépendent moins de la clientèle d’affaires, selon Le Monde, qu’Air France, Lufthansa ou encore British Airways. Les vols long-courriers devraient reprendre plus tard, avec la réouverture des frontières, grâce à la généralisation de la vaccination. Selon l’IATA, les compagnies régulières devront puiser entre 75 et 95 milliards de dollars dans leur trésorerie en 2021, soit entre 62,9 et 79,6 milliards d’euros. Le cabinet de conseil estime, de son côté, que les Etats devront aider les compagnies aériennes jusqu’à la sortie de crise.

Airbus, numéro un

Autre constat dressé par Archery Strategy, la domination d’Airbus comme numéro un mondial de l’aéronautique devrait s’installer durablement. L’avionneur européen était déjà leader en 2019, devant Boeing, rappelle le quotidien, et la pandémie mondiale devrait le conforter à cette première place. Le cabinet estime même qu’Airbus devrait s’emparer de 60% de parts de marché dans les dix années à venir, contre 40% pour Boeing. L’Américain a dû gérer deux catastrophes aériennes, avec la mort de 346 passagers et membres d’équipage, à bord d’un 737 Max. Depuis mars 2020, le constructeur a enregistré plus de 1.000 annulations de commandes. Il n’a pas su se positionner sur le court et le moyen-courrier et n’a que le 737 dans ce secteur. Airbus, au contraire, peut proposer toute une gamme d’appareils, du A220 au A321 XLR. Boeing ne pourra pas lancer la production d’avions long-courriers avant 2026-2027, précise Le Monde.