Se connecter S’abonner

Ecologie : trois Français sur quatre adhèrent à l’idée d’une société plus sobre

Face à la crise climatique et environnementale, 76% des Français jugent incontournable de passer à un mode de vie plus sobre, selon un sondage.

Crédit: iStock.

Les Français sont plus sensibles à la préservation de l’environnement et à l’avenir de la planète. Trois sur quatre déclarent qu’il est nécessaire de passer à un mode de vie plus sobre, soit 76% des répondants à un sondage Elabe, réalisé pour le journal Les Echos, Radio classique et l’Institut Montaigne et publié le 4 mars. Toutefois, ils sont un quart à considérer que le défi de la crise climatique et environnementale peut être relevé en conservant le mode de développement actuel du pays. Le sondage révèle que la prise de conscience est au-delà des « clivages traditionnels », selon Laurence Bedeau, associée du cabinet Elabe. Ainsi, les électeurs du Rassemblement national de Marine Le Pen sont 60% à penser qu’il faut changer ses habitudes, alors qu’ils sont les plus partagés sur ces questions.

En revanche, ils sont plus de la moitié (58%) à estimer que la société française n’est pas prête à changer. 41% pensent le contraire. Les 25-49 ans sont les plus optimistes, ainsi que les cadres, mais ils ne représentent pas la majorité. Les électeurs de droite sont plus sceptiques (68%) selon Les Echos, les électeurs d’extrême droite étant les plus réticents (à 73%). Si les personnes interrogées estiment que la mutation est incontournable, elle n’est pas jugée forcément comme socialement juste et économiquement supportable. « La question du chemin praticable se pose », commente Laurence Bedeau.

Présidentielle en vue

Concernant la prochaine élection présidentielle, trois Français sur quatre (74%) pensent que la question environnementale pèsera dans leur choix de vote. 28% des répondants à ce sondage d’Elabe estiment même que cette question est « très importante ». Les plus jeunes sont 39% à le considérer, contre 20% chez les plus âgés. Le clivage droite/gauche sur la question est moins important car la crise écologique fait partie des préoccupations d’une majorité des Français, quel que soit leur bord politique. Ils sont six sur dix à juger l’action du gouvernement insuffisante pour répondre aux enjeux environnementaux et climatiques, selon Les Echos.