Se connecter S’abonner

Assurances dommages : les banques gagnent du terrain

Les « bancassureurs » continuent de gagner des parts de marché en 2020, mais restent encore très minoritaires par rapport aux assureurs traditionnels.

assurance
Crédit : SIPA/ LOISONVINCENT_loison.005

Les banques françaises jouent de plus en plus le rôle d’assureurs. En effet, elles proposent à leurs clients particuliers des contrats d’assurance automobile et habitation et prennent de plus en plus de parts de marché par rapport aux assureurs traditionnels, si l’on en croit les résultats annuels publiés par certaines d’entre elles. Le Crédit Agricole a notamment connu une augmentation de 3,6% des contrats en assurance dommages entre 2019 et 2020, relève le quotidien Les Echos mardi 9 mars. Idem au Crédit Mutuel, qui a connu des hausses d’un peu plus de 2% sur les contrats d’assurance automobile et de 3% sur les contrats d’assurance habitation. La croissance de ces portefeuilles a commencé en 2019, selon le cabinet Facts & Figures, croissance plus dynamique que celle des assureurs traditionnels, tels que Macif, Covéa, Matmut, Axa et Allianz.

Sur le marché des assurances auto, si la part des « bancassureurs » monte, elle est encore de 16%, contre plus de 70% pour les autres acteurs. La vente d’assurance permettrait aux banques de contrebalancer les conséquences des faibles taux sur la rentabilité du crédit. Elles visent leurs clients et leurs proposent un forfait : dans les caisses régionales du Crédit Agricole, près de 42% des clients ont aussi une assurance « maison », note le journal, qui comprend l’automobile, l’habitation, le portable ou encore la santé.

Ambitions de Société Générale et Banque Postale

Certains ne se sont pas encore bien positionnés, comme la Société Générale qui compte environ 10% de clients ayant souscrit à une assurance dommages. Il y a quelques jours, le dirigeant de Société Générale Assurances, Philippe Perret, a déclaré avoir « une marge de progression significative », avec l’ambition « d’équiper au moins un tiers des clients du groupe », voire « la moitié », en contrats de protection, soit dommages et prévoyance. D’autres banques ont aussi l’objectif d’élargir le portefeuille de clients ayant souscrit à une assurance dommages : la Banque Postale souhaite convaincre un tiers de ses clients d’ici à 2025.

Si les « bancassureurs » grignotent des parts de marché, les assureurs traditionnels continuent d’afficher une belle croissance, comme Axa, qui parle de 40.000 contrats supplémentaires signés l’an dernier. Cela faisait cinq ans que leur nombre reculait. Les autres grands groupes, tels que Macif, Covéa ou encore Matmut, n’ont pas encore communiqué leurs résultats selon Les Echos. Enfin, MAIF assure avoir conquis 65.000 assureurs supplémentaires en 2020, certainement une conséquence de l’annonce de l’assureur de reverser une partie de la prime auto à ses assurés après le confinement du printemps dernier.