Se connecter S’abonner

Confinement : le télétravail a permis d’augmenter la productivité de 22%

Selon une étude de l’Institut Sapiens, le travail à distance a permis de sauver neuf points de PIB, pendant les deux confinements de l’année 2020.
télétravail
Crédit: iStock.

Le télétravail est-il un outil bénéfique pour l’économie pendant la crise sanitaire ? Si l’on en croit l’étude de l’Institut Sapiens révélée par Le Parisien, la réponse est positive. Avec deux confinements et des secteurs au ralenti voire à l’arrêt total, l’année 2020 a été extrêmement difficile pour l’économie française. On enregistre ainsi une chute du PIB de 8,3%. Mais l’impact aurait été bien plus important sans le travail à distance, d’après l’enquête.

Entre 216 et 230 milliards d’euros sauvés

Le télétravail aurait ainsi permis de conserver neuf points de PIB. Cela représente entre 216 et 230 milliards d’euros sauvés pour l’année dernière, soit entre 167 et 173 milliards d’euros de PIB pour le premier confinement et entre 49 et 57 milliards d’euros pendant le deuxième. Le travail à domicile aurait également augmenté la productivité des salariés de l’ordre de 22%. En prenant moins de pauses pour prendre un café, discuter ou manger, les travailleurs restaient plus concentrés. Par ailleurs, le temps de travail réel a été optimisé, par l’absence des trajets et la « réduction des réunions inutiles et chronophages ».

« Le télétravail est un outil permettant de résoudre les nombreux dysfonctionnements managériaux, qui, en plus de miner la qualité de vie au travail, provoquent également l’absentéisme au sein des entreprises », notent également les auteurs de l’étude. Une enquête du cabinet de recrutement Robert Walters avançait également que 76% des cadres pensaient avoir été plus productifs à distance, une observation partagée par 77% des organisations françaises. Pourtant, ils étaient seulement 16% à vouloir garder un rythme soutenu de télétravail.

Les effets négatifs du télétravail sur le long terme

En effet, si le télétravail était imposé sur le long terme, les effets négatifs pourraient contrebalancer cet impact positif. Sans négociation ou suivi suffisant des salariés, la mesure provoquerait une perte de productivité de l’ordre de 20%, d’après les calculs de l’Institut Sapiens. En janvier 2021, 44% des salariés exerçant à distance disaient se sentir isolé, 36% affirmaient éprouver plus de stress, dans une enquête Harris Interactive. Tous ces chiffres étaient en augmentation par rapport au début du mois de novembre 2020.