Se connecter S’abonner

Consommation : quelles sont les nouvelles habitudes des urbains ?

Les urbains voient favorablement l’évolution des façons de payer et de consommer, qui se sont installées depuis un an, selon une étude Harris Interactive pour LCL.
Arnaques
Crédit : iStock.

Il a beaucoup été question de changement de vie et de modes de consommation depuis le début de la crise sanitaire. Avec les deux confinements de l’année 2020, le déménagement à la campagne, l’achat de logement plus grand, l’envie d’espaces verts sont souvent évoqués dans les aspirations des Français. Pourtant, il semblerait que ceux qui vivent déjà dans une grande ville s’y plaisent et ne souhaitent pas changer de mode de vie. 75% des urbains décrivent comme plaisant d’habiter en ville, d’après une étude Harris Interactive pour LCL. Et la moitié d’entre eux affirment avoir pris de nouvelles habitudes pendant l’année qui s’est écoulée, qu’ils vont conserver par la suite.

La consommation favorisée par le click and collect

« Près de 6 urbains sur 10 déclarent s’être habitués à vivre avec les contraintes de la crise, une acclimatation légèrement plus facile après 35 ans », note l’enquête. Les urbains ont, en effet, adopté de nouvelles façons de payer et de consommer. La grande nouveauté, instaurée notamment pendant le premier confinement, c’est le click and collect, qui consiste à commander à distance dans un commerce, puis à venir chercher son achat. 50% utilisent ce mode de consommation. La proportion monte à 66% chez moins de 35 ans. Seuls 30% des sondés n’y ont pas recours et ne souhaitent pas utiliser cette méthode d’achat.

Autre évolution majeure, le sans contact a été largement adopté par les Français vivant en ville. C’est leur moyen de paiement préféré à 55%. En 2018, pourtant, ce mode de règlement était minoritaire, et privilégié par 17% des personnes interrogées. En deuxième position, le paiement par carte bancaire avec le code est préféré par 26% des urbains, contre 64% en 2018.

De l’enthousiasme face à ces nouveaux services

Les Français urbains voient d’un bon œil l’évolution des modes de consommation et les nouveaux services qui leur sont proposés depuis le début de l’épidémie. Ils se montrent enthousiastes à 84% sur les plats à emporter, à 83% sur le click and collect, à 82% sur la livraison de repas à domicile et à 69% sur les activités sportives chez soi. Plus de huit personnes vivant en ville sur dix s’attend à ce que ces nouveaux services se développent et se multiplient. Et contrairement à l’idée souvent émise d’une perte d’intérêt pour la vie urbaine, 89% affirment qu’ils veulent rester en ville quand la pandémie sera derrière nous.