Se connecter S’abonner

Une nouvelle « prime Macron » pour les salariés « de la deuxième ligne »

Les employeurs pourront à nouveau verser une prime allant jusqu’à 1 000 euros, défiscalisée et exonérée de cotisations sociales, ciblant en priorité les salariés qui ont continué à travailler depuis le début de la crise sanitaire.

aide
iStock

La « prime Macron » fait son retour dans une nouvelle version. Lundi 15 mars, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé que les entreprises pourront à nouveau verser à leurs employés une prime allant jusqu’à 1 000 euros, défiscalisée et exonérée de cotisations sociales. La mesure vise notamment à faire un « geste » envers les travailleurs dits « de la deuxième ligne », qui n’ont pas cessé de travailler depuis le début de la crise sanitaire. Jean Castex l’a confirmé, ces salariés exerçant des activités jugées essentielles, commerçants, employés de la propreté, du bâtiment ou du transport routier « devront en être les bénéficiaires privilégiés ».

Ce dispositif de prime, appelé couramment « prime Macron », a été instauré une première fois en 2019, en réponse à la crise des « Gilets jaunes », puis prolongés en 2020 pour faire face à la crise économique liée à l’épidémie de Covid-19, avant d’être interrompu en 2021. Cette fois, le coup du pouce pourra grimper jusqu’à 2 000 euros, si les entreprises « ont conclu un accord d’intéressement d’ici la fin d’année » ou « ouvert des négociations sur la valorisation des métiers concernés », a précisé l’exécutif, ajoutant que le « niveau de ciblage » sera à négocier avec les partenaires sociaux.

Une nouvelle version de la« prime Macron » qui divise

L’annonce a toutefois été accueillie avec scepticisme par les syndicats, qui auraient préféré qu’une revalorisation des salaires soit actée, plutôt qu’un soutien ponctuel. De plus, selon le Medef, les entreprises, très touchées par la crise économique qui découle de la crise sanitaire, pourraient avoir beaucoup de difficultés à verser cette prime. Outre ce dispositif, le Premier ministre a indiqué que la prime à l’embauche des jeunes pourra être versée jusqu’au 31 mai. Elle sera toutefois réservée aux salaires inférieurs à 1,6 smic à compter d’avril.