Se connecter S’abonner

Abritel : des vacanciers victimes de fausses annonces attaquent la plateforme

Des vacanciers, victimes d’arnaques sur Abritel, ont attaqué la plateforme en justice pour pratique commerciale trompeuse.

droit de rétrocession
Crédits: iStock.

Les vacances de rêves ont tourné au cauchemar. Des vacanciers qui avaient réservé leur location de vacances sur le site Abritel ont été victimes de fausses annonces postées par des escrocs, selon Le Parisien. Conséquence ? Des milliers d’euros perdus et des réservations annulées. Face à cette situation, les 64 victimes ont attaqué, devant la chambre de proximité du tribunal judiciaire de Paris, la société Homeaway UK Unlimited, qui gère en France les sites de locations de vacances entre particulier Abritel.fr et Homelidays.com 

Les escrocs n’ont pas encore été retrouvés et les plaignants reprochent à l’entreprise d’avoir « manqué à son obligation de veiller à l’absence de contenu illicite ». « La société n’a pris aucune mesure visant à empêcher la publication d’annonces frauduleuses sur son site Internet », regrettent les victimes. « Pire encore, lorsqu’elle a été informée des fraudes, elle a persisté à ne mettre en place aucun moyen de vérification et n’a pas retiré les annonces litigieuses ». Autre point souligné dans la procédure : « La société Homeaway présente, de manière totalement mensongère, sa plateforme comme étant totalement sécurisée ». 

Contactés par les faux propriétaires directement par mail, certains vacanciers ont payé la location sans passer par la plateforme, les escrocs envoyant leur demande de paiement avec le logo et les références d’Abritel.

Plus de 300 victimes au total ?

Pour l’instant, 64 victimes font partie du dossier avec un préjudice évalué à près de 200 000 euros, rapporte le quotidien. Mais le nombre de vacanciers victimes d’arnaques serait en réalité bien plus important. En effet, certaines victimes n’ont pas encore fait appel à la justice. Les avocats de la défense estiment qu’il pourrait y avoir 300 victimes au total.

Dans les colonnes du Parisien, Abritel « rappelle qu’au sens de la loi, les plateformes sont des hébergeurs de contenus et, à ce titre, ne sont pas responsable du contenu publié sur leurs sites ». La société explique avoir mis en place des systèmes techniques pour identifier les annonces frauduleuses. Elle ajoute que les vacanciers ne doivent « jamais transférer d’argent directement sur les comptes bancaires des annonceurs sans passer par le système de paiement sécurisé de notre plateforme ».